Coffres-forts numériques : dans l’air du cloud

Coffre-fort électronique

Nuage, le merveilleux Nuage !

Le coffre-fort numérique ou ses variantes « coffre-fort virtuel » « coffre-fort électronique » est un des domaines qui émergent ces derniers temps dans la famille Cloud. La famille Cloud. Est-il encore besoin de la présenter ? On la nomme aussi chez nous « infonuagique » ou « informatique dans le nuage ». Ben oui, au cas où vous ne l’auriez pas deviné, cloud en anglais, ça veut dire « nuage ». Nuage… le « merveilleux Nuage »… Baudelaire l’aurait-il adopté ? Pas si sûr. Mais je m’égare, je m’égare.

Infonuagique : informatique dans le Nuage (cloud)

Au centre : le Nuage (Internet) et tout autour les machines et réseaux susceptibles de s’y connecter

Nous étions dans le Nuage. C’est la métaphore graphique qu’on utilise couramment pour schématiser Internet. Dans ledit Nuage, une foultitude de services se développent à vitesse grand V, tous azimuts (stockage et partage de données, bureautique, applications professionnelles et individuelles en tous genres). Tout ce que nous faisions sur notre machine locale, avec un bon vieux logiciel, nous le faisons aujourd’hui dans un cloud, sur un serveur basé on ne sait où, chez un prestataire informatique qui héberge et protège nos données personnelles et pratique, en passant, l’optimisation fiscale. Encore une fois, logique de délocalisation. Nos PC sont de plus en plus puissants, mais de plus en plus… vides, car nos usages se délocalisent. C’est dans l’air du cloud. Dormez, dormez, braves gens, on s’occupe de tout, à distance. Mais je m’égare, je m’égare.

Donc, quand vous êtes sur Internet, à faire je ne sais quoi (ça vous regarde), vous êtes dans le Nuage. Non, pas dans LES nuages, dans LE nuage. Marrant comme les expressions changent. Dans les nuages, votre esprit vagabonde, flâne, flotte quelque part, circule dans l’éther de votre moi, votre surmoi, votre subconscient, votre inconscient, votre âme… allez savoir. Dans la lune c’est un peu pareil. Dans LE nuage, c’est pas la même histoire. Votre esprit, il est là et bien là. Concentré. Trop là. Suréveillé (non, j’ai pas dit surveillé), connecté, en veille et en éveil constant, quoi.

Home sweet cloud

Pour entrer dans le Nuage, il faut souvent une clé : pour accéder à sa messagerie, à son compte Facebook, à son blog… pour entrer dans son Nuage bien à soi. Le coffre-fort numérique est de ceux-là. C’est un énième espace virtuel dans lequel on peut archiver, stocker, entreposer… des données personnelles voire très personnelles : papiers d’identité, fiches de paie, carte vitale, attestations d’administrations en tous genres, diplômes… Bref, tout ce qui résume un individu d’aujourd’hui : de la paperasse, des numéros et des tampons au c… (sic). Un genre de garde-meuble dématérialisé, une pièce en plus. On manque d’espace dans nos grandes villes ? Le foncier est inabordable pour la plupart ? On vous vend un espace virtuel. Les banques commencent à le faire (voir nos liens plus bas), la Poste commence à le faire, les mastodontes d’Internet le font « gratuitement » en mode « file-moi tes données persos et j’te donne un cloud« … pas vraiment sécurisé. Passons. Ce qui nous intéresse c’est bel et bien la version sécurisée ou vendue comme telle. Car, à l’heure de l’affaire Snowden, quel crédit apporter à tous ces services ? Comment leur faire confiance ? Comment savoir que nos données ne voyageront pas dans d’autres Nuages de multinationales, d’agences de sécurité, de cabinets noirs ? Difficile de répondre. Des recommandations relatives aux services dits de « coffre-fort numérique ou électronique » destinés aux particuliers  ont été faites récemment (septembre 2013) par la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL). Est-ce bien suffisant ? Qui vivra verra. Ça a le mérite de donner un cadre. C’est rassurant les cadres.

Des coffres-forts électroniques pour les nomades ?

Quand on me parle de coffre-fort numérique, je pense à ce qu’a fait la Fondation Abbé Pierre, il y a quelques années, avec la société Kiosk On Line. Leur coffre-fort électronique se nomme BASE : Bagagerie Administrative Sécurisée Électronique. Je m’y intéressais régulièrement, car nous accueillons au quotidien des personnes qui en ont grandement besoin pour garder leurs papiers dans un endroit stable et facile d’accès. Une sorte de poste restante pour eux. Jusqu’à présent, nous utilisions leur propre messagerie comme boîte de stockage.

En en parlant hier avec Virginie, coordinatrice de la Goutte d’Ordinateur, j’apprends que le site service-public.fr le fait et qu’elle l’utilise pour ses usagers sans domicile confrontés à un nomadisme permanent. Chouette me dis-je ! Si l’État l’a fait, c’est une bonne idée. Alors j’ouvre mon moteur de recherche le cœur léger et je tape les mots-clés qui vont bien :

site:service-public.fr « coffre-fort numérique ».

Une seul résultat : un obscur fichier PDF sans rapport avec ce que je recherche. Essayons les variantes « coffre-fort électronique », puis « coffre-fort virtuel ». Pas mieux. Essayons le moteur de recherche du site lui-même. Je retape les mêmes mots-clés et j’obtiens cette réponse :

Demande d’autorisation de détention d’arme de la catégorie B
Quels sont les types de saisies auxquelles l’huissier peut procéder ?
Cambriolage : quelles conditions pour être indemnisé par l’assurance ?
Armes de la catégorie B (soumises à autorisation)
Armes de la catégorie D (en vente libre ou soumises à enregistrement)
Armes de la catégorie C (soumises à déclaration)
Assurances : comment déclarer un sinistre ?

Là, je commence à douter affreusement et j’entreprends d’autres recherches, sans succès. Je tombe par sérendipité (presque dépité) sur Faire Simple, site du service public, que je prends comme une provocation, car c’est tout à fait dans le sujet. Penser à mettre dans leur rubrique « Vos idées » un commentaire  « euh, siouplaît vous pourriez flécher la route vers le coffre-fort numérique sur le site service-public.fr, c’est pour des gens qu’en ont besoin, siouplaît, merci ? ». On sait jamais, hein, ça peut marcher.

Le tuto de Virginie

Je pose ma souris et mon clavier un peu rougis et je déjeune. Je verrai bien avec Virginie comment on fait. Elle, au moins, elle sait le trouver le coffre-fort bien gardé. Je débarque au boulot et j’envoie mon SOS à Virginie qui me répond comme une fleur :

En fait pour y avoir accès il faut se créer un compte (simple formulaire) ensuite tu iras dans mes documents >> puis mon porte-documents
Voilà !

J’aime bien le « voilà » qui tue et qui, à la fois te met en joie, parce que tu as trouvé la réponse à ton problème insoluble, et te file un vieux coup au moral pour la journée. C’était tout simple. CQFD. Ma pénitence sera de commettre un tutoriel en images pour qu’un maximum d’internautes sur la planète (et sur Mars) en bénéficient. Amen.

Si je voulais casser l’ambiance (et peut-être le coffre ?), je mentionnerais l’article du moribond « Big Brother Awards » qui s’inquiétait, en 2001 de la sécurité

Coffres-forts : la valse des offres

La sécurité est un monde qui ne connaît pas la crise. Aussi, les offres de coffres-forts numériques, virtuels, électroniques et j’en passe, fleurissent sur notre belle Toile. Pour avoir le sentiment de l’article accompli, en voici quelques-unes :

Poster un commentaire

Classé dans Actu des TIC

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s