Réaménagement participatif de l’@nnexe #0

Cinq ans et une vie bien remplie

Cinq ans que l’@nnexe est dans le local de la place Henri Frenay. Cinq ans que ce lieu connaît :

  • des transformations (travaux d’accessibilité) ;
  • des « acque alte » (fuites par le plafond et, quand ça tourne mal, des inondations) ;
  • des configurations de salle de formation ;
  • des plantations d’intérieur ;

… des joies, des stress, des peines… mais cinq années d’activités intenses. Pas le temps de s’ennuyer ! Des milliers de personnes qui vont et viennent, qui apprennent, qui échangent, qui prennent, qui donnent, qui se confient, qui participent aussi… à la vie de notre lieu.

La quadrature du lieu

Toujours une équation impossible à résoudre : accueillir, informer et former du public dans une même salle. La grande salle. Celle qui a pignon sur place. Vous donnez un cours ? Un(e) casse-pied vous interrompt pour qu’on lui fasse un CV urgent, pour faire une photocopie, pour une info sur une formation. Vous essayez de travailler à un dossier, de traiter les affaires courantes ? Vlan ! C’est le coup de l’ordinateur en panne ou de l’anti-virus qui vous tombent dessus sans

Vraiment grande cette salle. Vraiment grand ce local (148m²). Le plus grand espace public numérique de Paris. Vraiment grand, mais vraiment pas pratique.

Pendant quatre ans, j’ai fait ce travail seul, épaulé (pour la formation et la mise en place d’un serveur) par une équipe de bénévoles qui vont, qui viennent, qui échangent, qui donnent, qui prennent, qui participent aussi.

L’@nnexe au Pays des Merveilles

En pleine trêve des confiseurs, je me prends à rêver. Pour bien gérer le lieu, cher Père Noël, je voudrais, pour la nouvelle année :

  • Une personne à l’accueil tous les matins. Si possible jeune, jolie, affable et empathique, capable d’évaluer au mieux le niveau d’informatique et les besoins des usagers afin de proposer la meilleure offre à un instant T ;
  • Un animateur dynamique, polyvalent, ordonné, compétent et corvéable à merci (beaucoup) ;
  • Des bénévoles tout aussi performants que l’animateur et disponible toute l’année, même au mois d’août pour arroser les plantes (euh, pour les plantes, ce n’est pas un rêve, c’est du vécu : merci O. et D. !) ;
  • Des stagiaires survitaminés, pleins de fougue et d’envie d’aider leur prochain numérique ;

Restons sur terre et considérons les améliorations depuis un an :

  • Un animateur en service civique (3 jours par semaine) ;
  • Une bénévole qui accueille les gens le mardi matin (c’est déjà ça) ;
  • Une bénévole ergonome nouvellement arrivée ;
  • La VMC qui remarche depuis une semaine ;
  • Un nouveau formateur bénévole remonté comme un coucou ;
  • Pas encore de raton laveur, mais j’ai bon espoir.

C’est plutôt motivant, non ? Certes, mais l’espace, lui, demeure. Avec pignon sur place, toujours à la merci du moindre importun que l’anti-virus démange, prêt à faire un AVC du clavier, à facebooker à l’œil ou à imprimer un ID-TGV .

Une ergonome à l’@nnexe

Comment donc gérer, canaliser, réorienter tous ces flux de gens (apprenants, usagers en accès libre, personnes en quête d’infos et de services, enfants de l’accompagnement scolaire, badauds de la place …) et faire en sorte qu’ils ne se gênent pas mutuellement ? En réaménageant l’espace pardi ! Oui, d’accord, mais comment ? Attends voir. T’avais pas dit que tu avais dans tes bénévoles une ergonome ? Ben si. Et elle s’appelle comment ? Michelle. Et ben voilà ! Propose à Michelle de t’aider à revoir la disposition de cette grande salle. Elle a bien une idée sur la question, non ?

Bon sang, mais c’est bien sûr ! Cogito ergonome sum c’était ça la formule à trouver. Merci Jiminy ;-)

Alors je m’exécute et convainc Michelle de reprendre du service. Elle nous explique, en vrai professionnelle en quoi consiste le travail d’une ergonome :

Le mot « ergonomie » vient du grec ergon (travail) et nomos (lois, règles). L’ergonomie peut donc être définie comme la science du travail ayant pour objet l’adaptation du travail à l’homme (amélioration des conditions de travail) afin que ce dernier puisse mener ses activités avec un maximum d’efficacité, de satisfaction et de bien-être.
L’ergonomie s’intéresse à tous les aspects des situations de travail  et vise à les adapter aux caractéristiques physiologiques, morphologiques, au fonctionnement cognitif des personnes concernées. Exemples :

  • Conception des outils : machines, logiciels … ;
  • Locaux et postes de travail ;
  • Organisations et méthodes de travail ;
  • Etc.

La démarche de l’ergonome consiste à analyser le travail  réel  (tel qu’il est pratiqué et vécu concrètement par ceux qui le réalisent) afin de le comprendre et améliorer les conditions de sa réalisation.
Il conduit son intervention dans les lieux où se déroule le travail et associe les  personnes concernées  à la recherche de solutions.

Associer les usagers de l’espace à sa nouvelle forme

Nous en sommes là. Entre octobre et novembre 2013, Michelle est venue plusieurs fois en observation à l’@nnexe pour comprendre le lieu :

  • ses espaces (trois salles, local technique, cuisine et WC, coins et recoins) ;
  • ses publics (usagers, bénévoles, salariés, stagiaires) et ses mouvements induits ;
  • ses activités (accueil et information du public, accès libres, cours et ateliers d’informatique, accompagnement scolaire, cours de langues (français, anglais), réunions et rencontres, etc.).

Elle a donc pris une multitude de notes, interrogé des gens, fait des photos, pris des mesures…

Elle nous a envoyé récemment un document de 9 pages intitulé Réorganisation des locaux de l’@nnexe – espace numerique du relais 59 (Paris 12e). Éléments de réflexion. Nous le publierons prochainement sur ce blog après accord de Michelle.

Ce document servira de base pour un réaménagement conduit de manière participative par les utilisateurs de l’espace qui souhaiteront s’engager dans ce projet. Michelle l’explique très bien dans sa conclusion :

Ces premiers éléments généraux constituent une base de travail à soumettre aux personnes – salariés et volontaires – concernées dans le cadre d’une démarche participative.

Les débats pourront s’engager à partir des options proposées.

  • Dans un premier temps il est important de laisser chacun(e) s’exprimer librement sans réserve (séquence : brain storming) ;
  • Ensuite les idées et propositions recueillies seront soumises à un questionnement de type avantages/inconvénients (séquence évaluation des solutions).

Les usagers pourront être également consultés (ex : questionnaire) uniquement sur des aspects les concernant.
Préalablement à toute réflexion, il est indispensable de procéder à des mesures permettant de disposer de données fiables.

On a donc du pain sur la planche. Nous avons d’ores et déjà prévu des créneaux pour ce chantier dans notre planning du premier trimestre 2014. Nous vous informerons des prochains rendez-vous de ce réaménagement collaboratif.

A suivre donc…

Poster un commentaire

Classé dans La vie de l'EPN

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s