OpenStreet Map et ses « produits dérivés »

Dans notre précédent billet consacré à OpenStreet Map (OSM), nous avions commencé à vous parler des projets qui naissent, à travers le monde, grâce à l’ouverture des données produites par ce mode de cartographie collaborative. Nous avions, entre autres, fait allusion aux aides qu’OSM pouvait apporter aux personnes à mobilité réduite lorsqu’elles doivent préparer un déplacement.

Wheelmap

wheelmapRaul Krauthausen, est lui aussi en fauteuil roulant. Il connaît les galères au quotidien que rencontrent les personnes dites à mobilité réduite (PMR). Ce berlinois n’est pas maladroit. Grâce à OSM et à ses données ouvertes, il a créé wheelmap.org, une plate-forme de cartographie qui aide les personnes en fauteuil dans leurs déplacements. Wheelmap – qui existe en allemand et en anglais – recense de manière collaborative les lieux accessibles aux handicapés. Un code couleur rouge (non accessible), orange (partiellement accessible) et vert (accessible) permet d’un coup d’œil de choisir un point de chut pour aller boire un verre, faire ses courses, acheter le journal… Prenons notre propre quartier, celui de la gare de Lyon et testons-le sur Wheelmap. Résultat des courses : pas vraiment friendly, comme on dit maintenant ! Le rouge est encore bien représenté, il lutte à part égale avec le vert, mais ce qui domine, c’est encore le gris. Ce sont les lieux qui n’ont pas été testés. Alors, qu’est-ce qu’on attend pour s’y coller ? Hop, les personnes intéressées peuvent nous contacter pour organiser une cartopartie dans le quartier pour améliorer l’ordinaire des personnes en fauteuil. Notons tout de même que l’@nnexe est représentée et en vert, s’il vous plaît !

logo-wheelmap

Comme quoi, l’effort financier de 35 000 euros engagés par le Relais 59 en septembre 2013 pour mettre notre local aux normes peut servir à quelque chose. Précisons que nous ne sommes pas les auteurs de cette contribution. Vous remarquerez d’ailleurs que la photo qui vient de la base de Google Street View est complètement erronée : il s’agit de la rue Jean Bouton (notre entrée de service) au lieu de la place Henri Frenay qui est l’entrée du public. Là aussi nous ferons le nécessaire pour corriger le tir.

Open Food Fact et C’est emballé près de chez vous

Collectons ensemble les informations (ingrédients, données nutritionnelles etc.) sur les produits alimentaires du monde entier ! C’est ce qu’affiche comme ambition le site créé par Stéphane Gigandet qui est venu nous présenter ce beau projet le 22 mai dernier lors d’un Vous êtes libre ce soir ? (VELCS). Open Food Fact et son petit frère C’est fabriqué emballé près de chez vous – toujours porté par Stéphane Gigandet – souhaitent lever plein de lièvres et traquer un maximum d’arnaques dont l’industrie alimentaire est coutumière :

  • décrypter les étiquettes : quels additifs alimentaires vaut-il mieux éviter ?
  • comparer les produits et trouver des produits similaires plus sains
  • trouver des produits qui ne contiennent pas (ou moins) certaines substances : graisses, sels, additifs, allergènes etc.
  • voir où sont fabriqués les produits avec la carte C’est fabriqué emballé près de chez vous (source : Open Food Facts France).

Concrètement, vous préparez votre apéro et votre barboc – parce que c’est l’été – et que vous avez acheté un tas de choses à grignoter et pour agrémenter ce que vous allez faire griller. Incidemment, vous vous demandez : « mais au fait qu’est-ce qu’il y a là-dedans ? ». Hop, vous vous rendez sur Open Food Facts, parce qu’un pote geek vous en a fait l’article. Vous cherchez par marque ou par catégories de produits et là, vous tombez raide en tapant le nom de votre cocktail fétiche que vous allez servir à tous vos convives en leur disant sournoisement : « c’est moi qui l’ai fait ! ». En réalité, vous ne vous êtes pas cassé le tronc et le super cocktail n’est autre que Mister Cocktail qui contient un tas de super additifs qui vous donneront sûrement des super pouvoirs pendant toute la soirée ! C’est du propre. Vous voilà démasqué par le travail acharné des contributeurs et pourfendeurs de la malbouffe. Le cocktail en question affiche une jolie liste d’additifs, parmi lesquels la tartrazine, un colorant de synthèse pas gentil gentil.

Là, on était côté utilisateur. Côté contributeur, on alimente inlassablement la base des produits référencés en entrant un bon paquet de données, comme, entre autres :

  • Le nom, la marque et la photo du produit ;
  • La quantité et le mode de conditionnement ;
  • Les lieux de fabrication ou de transformation ;
  • Les traces éventuelles (œufs, fruits à coque, lactose, gluten, etc.) pour informer les personnes intolérantes à certaines substances ;
  • La Liste des ingrédients ;
  • La composition nutritionnelle ;

Un sacré boulot, en vérité, car nombreuses sont les informations à apporter dans la fiche produit. C’est le prix à payer si l’on veut obtenir des informations précises qui pourront être croisées par la base de données et qui produiront à leur tour de nouvelles données précieuses pour le/la citoyen(ne) et des professionnels intéressés par la santé et l’alimentation. Là encore, faisons confiance à la force de la communauté, mais comme toujours : restons critiques et vigilants !

Atelier Scan Party Open Food Facts lors du "Vous êtes libre ce soir ?" du 22 mai 2014 - Photo Stéphane Gigandet

Atelier Scan Party Open Food Facts lors du « Vous êtes libre ce soir ? » du 22 mai 2014 – Photo Stéphane Gigandet

F4map

F4map est un projet français plutôt bien fichu. Il est le fruit du travail et de l’expérience de la société parisienne F4, spécialisée dans les univers 3D temps réel sur le Web et les jeux vidéo. Avec un nom aussi abscons, difficile de savoir de quoi il retourne ! C’est pourtant chouette, jugez plutôt : afficher les données d’OSM sous une forme de carte en 3D. Pas mal, non ?

Si vous aimez ce projet et si vous souhaitez en savoir plus sur la manière d’y contribuer, ne manquez pas la présentation qu’Olivier Desmares fera le jeudi 3 juillet lors d’un atelier Vous êtes libre ce soir ? (VELCS).

Notons que d’autres projets de rendu en 3D des données d’OSM sont en marche à travers le monde citons par exemple les projets allemand et américain :

1 commentaire

Classé dans Actu des TIC

Une réponse à “OpenStreet Map et ses « produits dérivés »

  1. Pingback: Umap : syntaxe pour formater les éléments du champ description | Le blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s