Quand la 3D se prend pour une Petite Reine

Logo

Un nouveau monde en XYZ

XYZ ? « Les trois dernières lettres de l’alphabet », me direz-vous ? Pour certains aficionados de la 3D, ces signes résonnent (et raisonnent) dans d’autres directions. Ce sont bien les trois axes d’un repère cartésien à trois dimensions où x est l’abscisse, y l’ordonnée (ou la profondeur) et z la cote (ou la hauteur). Tous les logiciels 3D, les imprimantes et autres machines CNC y font référence.

Dans le mouvement planétaire des makers/hackers/bidouilleurs en tous genres, ces trois axes s’invitent et se réinventent, petit à petit, dans tous les domaines. Ce n’est donc pas un hasard s’ils commencent à coloniser l’univers de la bicyclette qui présente, ces dernières années, des trouvailles et des redécouvertes passionnantes.

XYZ Cargo : reconsidérer les vélos dans toutes leurs dimensions

Dans son projet XYZ Cargo, le collectif danois N55, en collaboration avec le designer allemand Till Wolfer, propose une heureuse association de la 3D, de la culture libre et du faire soi-même en réalisant plusieurs modèles de vélos de transport (cargo bikes).

Composé d’architectes, d’artistes et de designers, N55 revisite le mode de fabrication des vélos (entendons le process et la distribution). Tout repose, au sens propre, sur l’utilisation de trois axes matérialisés par des tubes d’aluminium de section carrée de 25mm ingénieusement assemblés pour fabriquer bi et triporteurs, tricycles (ou trikes) et quadricycles.

Les jeux de construction, les Danois, ça les connaît et leur expérience des structures en tubes d’alu carrés ne s’arrête pas au vélo. XYZ Cargo n’est, en quelque sorte, qu’un sous-projet d’un système plus global, le XYZ Nodes System, qui repose sur des connexions de tubes. Nous sommes probablement face à un nouveau phénomène Lego – qui a vu le jour, faut-il le rappeler, au Danemark – en version anarcho-punk écolo. Dans le cadre de son XYZ Open City, N55 a d’ailleurs déjà réalisé des installations en ville qui préfigurent leur volonté de se pencher sur la construction de maisons. Si la curiosité vous prend de faire un saut sur la page de la XYZ Factory, vous comprendrez que N55 entend décliner son Meccano sous toutes les formes connues (vélos, maisons, lampes, tables, chaises, imprimantes 3D, poubelle…) ou inédites comme leur cyclo-parc (parkcycle swam) et leur espace public vagabond (public space rover).

Allez faire un tour sur leur page des manuels, cela vaut le détour.

Des vélos libres et ouverts

Le tout peut être évolutif, déclinable et recombinable puisque les plans ont volontairement été voulus open source (licence CC BY-NC-SA 3.0).

Petit bémol à cet élan de générosité : en découvrant leur page intitulée Manual for XYZ SPACEFRAME VEHICLES notre esprit d’internaute prédateur s’anime, convaincu d’avoir trouvé un trésor de fichiers tous plus cools et libres les uns que les autres. La fièvre téléchargeuse s’arrête net. Il faudra se contenter d’un seul modèle : le trike couché monoplace. Pour le reste il faudra soi-même extrapoler ou acheter les vélos.

XYZ SPACEFRAME VEHICLES

XYZ SPACEFRAME VEHICLES – Image N55 – Tous droits réservés

Des vélos écolos

XYZ Cargo utilise une nouvelle façon de construire des vélos. Pour rester dans le champ de la 3D, la démarche fait immanquablement penser aux imprimantes RepRap. L’esprit de ces deux projets se ressemblent et, disons-le tout de go, s’assemblent ! Pourquoi ? Parce qu’ils partagent des valeurs communes telles que :

  • La simplicité de conception et donc l’accès au plus grand nombre ;
  • La simplicité de fabrication, de personnalisation et de réplication (easy to customize and to rebuild) reposant sur le pouvoir d’agir des gens (empowerment pour ceux qui jargonnent) ;
  • L’incitation à créer (It encourages DIY ingenuity and participation instead of rigid predefined solutions) et à produire localement pour limiter les transports et l’empreinte carbone ;
  • La facilité à réparer qui inscrit l’objet dans une longue durée et qui limite les dépenses de son heureux propriétaire ;
  • La facilité à être recyclé : les tubes d’alu sont démontables et peuvent être aisément triés et remis dans le circuit de collecte et de recyclage des métaux.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un collectif engagé…

Mais les ambitions du collectif sont plus ambitieuses que la simple fabrication d’un vélo sympa. Leur horizon ressemblerait à celui d’utopies concrètes : « Nous voulons changer notre façon de nous déplacer et de déplacer les choses », annoncent-ils crânement sur leur page de présentation de l’XYZ Cargo, « la façon de les produire, la façon de les partager et de les distribuer… notre façon de vivre. Nous voulons contribuer à créer un monde meilleur et plus juste » (Source : page About –  Ambitions de xyzcargo.com). Rien que ça, mais c’est un très bon début.

Et l’utopie se fait plus rugueuse lorsqu’il s’agit de conspuer les pauvres automobiles qui peuplent nos sulfateuses. Là, N55 monte clairement au créneau et les parties intitulées Background et Environmental impact sonnent comme des manifestes de dangereux marginaux autogestionnaires. Réduire et changer nos modes de vie toujours plus entropiques, reprendre le pouvoir sur les choses que nous produisons et utilisons – mais aussi sur les technologies qui les sous-tendent – afin de créer des objets qui ont du sens pour notre vivre ensemble tel pourrait être, en quelques mots, le message que N55 souhaite faire passer dans cet acte créatif et politique.

… et pragmatique

Mais ne nous y trompons pas, nos anars danois ne vivent pas que de l’air du temps et de leurs idées. Ils font, comme le reste du monde, du business :

Please note: The XYZ CARGO TRIKE and the XYZ CARGO BIKE has been developed as environmentally and socially sustainable products for sale and no construction drawings are available. Persons are of course still allowed to copy these models for non-commercial use. We also organize workshops to teach persons how to build their own XYZ SPACEFRAME VEHICLES. The earnings from the sale of XYZ CARGOs are used to finance the further development of the XYZ SPACEFRAME VEHICLES.

Ça va mieux en disant que pour vivre ces braves gens vendent leurs vélos, qu’ils organisent des ateliers pour apprendre à fabriquer son propre vélo XYZ et que les gains des ventes sont utilisés pour les autres développements du projet XYZ SPACEFRAME VEHICLES.

Pour infos, si vous voulez vous équiper, il vous en coûtera 1450 euros pour un biporteur (Cargo bike), 1650 euros pour un triporteur (Cargo trike) et 3221 euros pour un trike couché biplace (XYZ twoseater).

D’autres vélos peuvent être imaginés, déclinés et vendus par le collectif, comme ce triporteur utilitaire, le Cargo Coffee, qui plairait à Clara pour son projet de fablab mobile qu’elle nous exposera prochainement :

Cargo Coffee

Cargo Coffee – Photo N55 – Tous droits réservés

Si vous souhaitez voir ces vélos près de chez nous (entendez en région parisienne), deux adresses :

À Paris 14e à l’association Carton Plein qui demeure chez les Grands Voisins, dans l’ancien hôpital de Saint Vincent de Paul. C’est leur triporteur XYZ qu’on croise le plus souvent dans Paris.

À Gennevilliers, chez nos amis de Bicyclaide, qui possèdent, eux aussi, un triporteur (voir la photo ci-dessous reprise de leur page « boutique »).

Boutique bicyclaide

Boutique de la coopérative Bicyclaide (Gennevilliers)

Si vous aimez la vélosophie danoise

D’aucuns se demanderont si ce projet n’est pas un énième avatar de la bobomanie planétaire s’adressant à des jeunes urbains (sur)diplômés. Il y a de ça, c’est indéniable. Un papier de Slate.fr de septembre 2014 (mais c’est loin d’être le seul) avait pointé ce passage de la bicyclette de la culture populaire à la sphère chic, branchée et CSP+ des grandes villes. Le chic associé au vélo est aujourd’hui un vrai business communautaire – que l’on doit en grande partie au patron danois Mikael Colville-Andersen – avec sa cohorte d’engins, d’accessoires, de vêtements et autres gadgets… les fabricants et les boutiques fleurissent à travers le monde.

Quoi qu’il en soit, le Danemark et sa capitale Copenhague sont des plus innovants et productifs dans l’univers bicloune. Nous ne pouvons nous empêcher de rappeler des classiques qui marquent ou ont marqué leur temps, pour le plaisir des yeux et des familles ou des professionnels, si on pense simplement aux vélos utilitaires. Voici quelques références emblématiques, par ordre chronologique :

 

Poster un commentaire

Classé dans Veille

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s