Archives d’Auteur: Stéphane

5 commandes amusantes dans le terminal Linux

Dans notre série « le terminal, ça mange pas » voici aujourd’hui un épisode qui dévoile les secrets du terminal. Dans un épisode précédent, la commande « cowsay » est apparue sans être explicitée.

Vous êtes-vous posé la question de ce dont il s’agissait ? Le plus simple reste encore de tester !

Accès rapide

Rappel

Pour installer un programme il faut passer en root

epn@relais59:~$ sudo su

sur un système de base Debian (Ubuntu, Linux mint, Elementary OS…) écrire :

root@relais59:~# apt-get install cowsay

Pour les systèmes de bases Red Hat (Fedora, OpenSuse…) écrire :

root@relais59:~# yum install cowsay

Cowsay

Une fois cowsay installé, tapez simplement (par exemple : )

epn@relais59:~$ cowsay coucou !

terminal cowsay

Cowsay est un programme en ASCII. Sur le principe de la blague, ou de « l’easter egg », il existe maintenant sous toute forme de variantes (cowthink, xcowsay, etc.) . Il est facile à réutiliser par les programmeurs pour inventer des codes qui permettent par exemple de signifier un message d’erreur ou l’arrivée de nouveaux courriels.

Et l’ASCII, c’est le principe de dessiner à l’aide de caractères, comme par exemple un petit chat :

  /\_/\
=( °w° )=
  )   (  //
 (__ __)//

On va pouvoir avoir des expériences concrètes de l’ASCII un peu plus tard dans l’article.

Combiner cowsay avec un autre programme

Généralement, lorsque vous utilisez un pogramme qui a pour fonction d’afficher du texte, vous pouvez le faire via cowsay. Par exemple la commande date que nous avons déjà abordé. Pour que ce soit la vache qui vous donne la date, il vous suffit de taper :

epn@relais59:~$ date | cowsay

Fortune

Installez d’abord fortune comme dans le rappel ci-dessus.

Tapez ensuite tout simplement fortune dans votre terminal, vous obtiendrez un petit présage !

epn@relais59:~$ fortune

terminal fortune

Ce programme s’inspire directement des « fortunes cookies », des biscuits chinois, populaires dans les restaurants chinois d’Amérique du nord,  dans lesquels sont insérés un petit morceau de papier où l’on peut lire une prédiction.

photo de fortune cookie

fortune cookie

C’est justement leur référence dans les systèmes unix qui a contribué à leur popularité.

Les programmes « fortune » puisent leurs phrases dans une base de donnée. Aujourd’hui, on retrouve souvent des citations de personnages célèbres, ou des répliques de science-fiction…

Vous vous souvenez qu’on a dit qu’on pouvait combiner cowsay ? Essayez  la commande qui suit ;)

epn@relais59:~$ fortune | cowsay

Fortune et cowsay combinés

Cmatrix

Puisqu’on parle de science-fiction…

Le film austro-américain The Matrix, sorti en 2003, fait régulièrement référence à un des terminaux pour observer la matrice de manière cryptée. Un fantasme évident de geek est de pouvoir reproduire cet affichage, bien qu’il ne serve absolument à rien !

Illustration Matrix Reloaded

Terminaux dans The Matrix

Pour se faire, installez le programme cmatrix depuis votre terminal, comme vous l’avez appris précedemment.

Tapez cmatrix dans le terminal pour qu’il se transforme en « matrix ».

matrix dans le terminal

Appuyez sur Ctrl+C pour arrêter le processus.

Sl

Allez, quittons un peu la science-fiction, que je vous propose mon easter egg préféré. Installez le programme « sl » comme vous savez parfaitement faire.

Tapez ensuite simplement « sl » pour faire l’essai.

Un train vient de passer à toute vitesse !

ls train dans le terminal

Mais pourquoi ? En fait, quand on navigue dans les dossiers d’un ordinateur au moyen d’un terminal, on ne peut pas en voir le contenu tout de suite, il faut d’abord utiliser la commande « ls » (comme liste) pour lister le contenu du dossier dans lequel vous vous trouvez.

Vous pouvez en faire l’expérience tout de suite, dans votre terminal, vous devriez vous trouver dans « dossier personnel » par défaut, tapez « ls » directement pour en afficher le contenu.

On tape très souvent cette commande puisqu’on la tape presque à chaque qu’on rentre dans un nouveau dossier. On la tape d’autant plus vite qu’elle ne fait que deux caractères. Du coup, parfois, on se mélange les pinceaux ! Ce train est là pour se moquer de ceux qui veulent aller trop vite et intervertissent les lettres par erreur. Le train passera également si vous tapez la commande « LS » tout en majuscule, donc n’oubliez le verrou majuscule. ;)

Il existe un paquet d’articles sur le web qui parlent déjà de commandes amusantes dans linux. Je vais en aborder moins mais vous expliquer d’où ça vient.

TOIlet

TOIlet signifie « The Other Implementation’s letters ». C’est un programme développé par Samuel Hocevar, une personnalité importante du monde du libre.

Ce programme créé des dessins ASCII des lettres indiquées. Il utilise une « bibliothèque » (un ensemble de fonctionnalités) développé par le même auteur, appelée libacaca. Quand on sait que Samuel Hocevar est également l’auteur de la licence libre « What The Fuck Public License », on se dit que ce champ lexical n’est plus une coïncidence.

terminal-toilet

Quelques variantes, pour vous amuser

epn@relais59:~$ toilet -F gay -F border coucou
epn@relais59:~$ toilet -f mono12 -F metal coucou

Et pour continuer les expériences, tapez

epn@relais59:~$ toilet -h

Aller plus loin ?

Il est possible de trouver sur Internet bien d’autres illustrations des possibilités du terminal Linux et nous en rajouterons probablement par la suite. Je n’en ai pas proposé autant car il me paraissait essentiel, plus que de lister les commandes, d’expliquer leur sens et leur provenance.

cependant le terminal réserve encore de nombreuses surprises et autres « easter eggs » !

Je n’ai pas non plus montré le coup de Star Wars dans le terminal parce qu’en fait, ce n’est pas un programme (et d’ailleurs ça marche sur n’importe quelle plateforme).

Illustrations

  • Biscuit chinois : Wikimedia CC by-sa
  • Matrix : ©The Matrix reloaded

Liens apt des programmes cités

Pour les flemmards sous debian, ubuntu, linuxmint, etc. Vous pouvez installer directement les programmes en cliquant ci-après : cowsay (et variantes : cowthink, xcowsay…), fortune, cmatrix, sl, toilet. Star Wars ne s’installe pas.

Poster un commentaire

Classé dans Actu des TIC

Bientôt Noël ?

Cet article a été mis à jour le vendredi 18 au soir (cf Beyond Eyes)

Les vendredis soir, c’est le moment des jeunes. Les collégiens et lycéens viennent investir l’annexe du Relais 59 pour se retrouver, mettre un peu de musique, jouer à des jeux vidéos ou, pour ceux qui ont besoin d’un ordinateur pour avancer leurs devoirs, s’isoler au calme et travailler un peu.

Ce qui est important pour nous, c’est d’offrir un jeunes un lieu où ils peuvent se retrouver, ne pas s’isoler et, à partir du jeux vidéo souvent leur passion initiale, de découvrir toutes les activités numériques que l’on peut faire autour, de graphisme, de hardware, de développement, etc.

Les jeux préférés des jeunes sont Minecraft, Super Smash Bros, League of Legends et  FIFA 15. Quand on ne joue pas sur ordinateur, chacun ramène sa console de jeu (pour ceux qui ont une console, généralement la Playstation 3) à tour de rôle chaque semaine. Cliquez sur chaque lien pour accéder à la classification PEGI.

Mais les jeunes ont également pu s’essayer à des jeux nouveaux et atypiques sélectionnés par notre équipe !

The bridge

The Bridge est un jeu de casse-tête/labyrinthe dans lequel on fait progresser Isaac Newton à l’intérieur d’un tableau inspiré des peintures de Maurits Escher. La dualité entre un personnage père de la physique moderne et de la compréhension de la gravité avec un monde construit par des paradoxes crée un univers auquel les jeunes ne sont pas habitués dans les “blockbusters” habituels. Et ils se prêtent au jeu (sans mauvais jeu de mot) ! Ça permet de changer d’univers et se créer un imaginaire différent…

the-bridge-steam-relais-59-epn-paris

Beyond Eyes

Nous souhaiterions maintenant vous faire découvrir Beyond Eyes. C’est un jeu d’aventure dans lequel on incarne une jeune fille aveugle. Il sensibilise sur les difficultés de progresser dans un environnement qui nous semble familier. La zone blanche de l’image est la zone encore non détectée par les autres sens que la vue. C’est la raison pour laquelle le jeu se veut graphiquement magnifique, avec des aquarelles et des couleurs pastelles, pour contraster avec un monde accueillant pour des valides mais pas pour “Rae”, le personnage, pour qui le moindre obstacle devient une épreuve.

beyond-eyes-steam-relais-59-epn-paris

Sauf que Beyond Eyes, celui-ci, on nous l’a offert depuis notre liste de Noël pour faire jeunes du quartier et à tous les autres un super cadeau ! J’espère que notre Père Noël viendra aussi tester et jouer avec nous ! ;)

SI vous aussi vous voulez contribuer directement, rendez-vous sur la liste de souhait, sélectionnez la page du magasin du jeu choisi, puis « ajouter au panier » et enfin « acheter pour offrir » Il est nécessaire de se créer un compte sur Steam, et nous demander en ami pour nous envoyer le cadeau ! Naturellement, ça fonctionne de la même façon pour toute notre liste de souhait. En cas de soucis, n’hésitez pas à nous envoyer un petit message, qu’on vous aide (c’est notre boulot après tout).

Pour en savoir plus : consultez cette page.

Poster un commentaire

Classé dans La vie de l'EPN

Support de cours

Cette année encore, notre structure a accueilli des stagiaires qui ont pu découvrir et s’exercer  à l’animation multimédia !

Bravo à Tania qui a entièrement réalisé un atelier Skype

 

Bravo à Maryse qui a proposé un atelier sur le Cloud

 

Poster un commentaire

Classé dans Entraînement des stagiaires, Le coin des bénévoles, Le coin des usagers

Arduino, premiers jets

Un détecteur de présence avec un servo moteur, un capteur ultrason et #arduino.

A post shared by Relais 59 (@relais59) on

Un servomoteur tourne à 60° sur lui-même, surmonté d’un capteur ultrason qui détecte les présences. Sur l’écran derrière, le spectre devient rouge lorsqu’une présence est détectée dans le champ, à un maximum de 3 mètres.

Bravo à Jean-Pierre pour sa réalisation pendant pendant les vacances.

Poster un commentaire

Classé dans Actu des TIC

Le numérique jusqu’au bout des doigts

the_digital_touch____by_kirtan_3d

Dans le silence de mort inhérent aux moments de concentration intense qui pesait dans notre open space, ma collègue en charge des activités périscolaires se confronta à une problématique aussi intense que soudaine.

« – C’est quand même du n’importe quoi cette affaire ! Dit Nora.

– De quoi ? Sorti de ma léthargie, il me fallut un temps d’adaptation.

– On dit digital, pour parler de numérique. On doit dire digital ou numérique ? C’est quoi le rapport avec les doigts ?

– Oui, surtout que c’est un terme beaucoup plus vieux que le tactile. »

Réflexe Wikipédia :

– « Cette utilisation du terme « digital » pour « numérique » provient d’une extension erronée de digital display ou affichage à 7 segments des années 198 »

« – Ça ne nous aide pas beaucoup…

– Ça veut dire quoi « affichage à 7 segments »

– Et le Dolby Digital pour le son, ou le Digital Visual Interface des câbles écran, quel rapport avec les doigts ? »

Là encore, une recherche wikipédia s’impose. On finit par tomber sur une page qui décrit les affichages des réveils et des montres, en sorte de 8, et effectivement, à bien y recompter, il y a 7 segments.

affichage à 7 segments

Un « Aaaaaaaaaaaah » général et de circonstance retentit. Nous franchîmes un palier.

Apparemment il y a même des affichages à 14 segments ! Mais ça ressemble à quoi ?

Le même « Aaaaaaaaaaaah » survint. Plus rien ne pouvait arrêter notre curiosité.

« Mais alors qu’elle est le rapport avec les doigts ? Il n’y a pas 7 doigts...  »

Nora soumit une hypothèse « Ou alors c’est « di » comme le chiffre dix ? »

Nous poussâmes plus loin l’investigation. Digital vient du latin digitalis : doigt. Ok. Mais digital en anglais veut dire numérique. Il doit y avoir une autre raison !

Le terme digital anglais est dérivé de « digit » qui veut dire « chiffre, nombre jusqu’à dix ».

« J’avais raison ! S’écria Nora. Il y a bien une histoire avec le chiffre dix ! »

Et le mot « digit » lui-même est dérivé… de l’habitude de compter sur ses doigts !

Le « Aaaaaaaaaaaah » désormais traditionnel de cette enquête invraisemblable conclut l’investigation.

Alors reprenons : C’est parce que nous avons dix doigts sur les deux mains, que nous avons prit l’habitude de s’en servir pour compter et que l’informatique fonctionne avec les chiffres que l’on associe la notion de doigts, avec la notion de numérique en utilisant le mot « digital » pour l’exprimer. D’où ce terme que l’on retrouve un peu partout, bien qu’il tende à disparaitre.

« Mais c’est fantastique ! S’écria à nouveau Nora. Il faut en informer le monde ! »

Donc voilà….

Illustrations :

Image à la une : the digital touch by Kirtan 3d, CC by-nc-nd

Afficheurs à 7 et 14 segments : Wikimedia CC 3.0 by-sa

Poster un commentaire

par | 3 novembre 2015 · 16 h 29 min

Ubuntu : Jouer avec les programmes, le terminal et le temps

Jouer avec les processus de Linux et le temps, en d’autre termes, lancer des actions à horaire différé, ça vous branche ? Alors c’est parti : voici trois actions à lancer en décaler.

Éteindre son ordinateur

Commençons par la base, avec la commande shutdown. Elle permet tout simplement d’éteindre son ordinateur. Voici sa syntaxe :

sudo shutdown [OPTION] TEMPS [MESSAGE]

Indiquez sudo si vous n’êtes pas déjà root. Les options sont décrites via l’option –help. On peut noter par exemple -r qui permet de redémarrer l’ordinateur après son extinction. ou -c qui permet d’annuler une extinction en cours (seulement s’il y a un délai). À noter que le message sera envoyé dans les terminaux de tous les utilisateurs, utile sur un serveur.

Enfin, le temps peut s’écrire de différente sfaçon :

  • now : maintenant (facile !)
  • +x : dans x minutes
  • hh:mm : à une heure précise.

Exemple d’utilisation

sudo shutdown -r +120

Ainsi, je sais que l’ordinateur redémarrera (-r) de toute manière dans 120 minutes. C’est très pratique lorsque vous risquez de vous en dormir devant un film ! ;)

Lancer une commande

La commande at permet de programmer le lancement d’une commande à une heure précise. Elle s’exécute en deux temps. Dans un premier temps, vous écrivez « at » suivi de la date à laquelle vous voulez envoyer votre commande.

Dans un second temps, la commande at affichera un « prompt » qui vous demandera, commande par commande, ce que vous voulez lancer.

Dans un troisième et dernier temps, appuyez sur Ctrl+D pour quitter « at » et le laisser tourner en arrière-plan.

Exemple d’utilisation

Écrivez (en changeant l’heure à une valeur pour dans une minute ou deux) :

at 16:32

Cela renverra l’affichage :

$ at 16:32
warning : commands will be executed using /bin/sh
at >

Auquel on répond par exemple touch coucou.txt (cela va créer un fichier texte vide à la racine de vos dossiers personnels). Appuyez ensuite sur entrée, puis Ctrl+D. On obtient donc :

$ at 16:32
warning : commands will be executed using /bin/sh
at > touch coucou.txt
at > <EOT>

Ainsi, un fichier sera créé à 16 heures 32 à la racine des dossiers personnels avec le nom « coucou.txt ».

Bien écrire le temps

avec la commande at, on peut écrire une heure et date précise comme ceci : at 23:59 12/31/15. Attention toutefois pour les dates, la syntaxe est à l’américaine donc au format mois/jour/année. On peut également écrire : at 12:30 tomorrow (à 12 heures 30 le lendemain).

Il également possible d’écrire « dans x à partir de maintenant » comme ceci :

at now +1 weeks

Il faut toujours mettre le s. Voici la liste des mots clés acceptés :

  • minutes ;
  • hours (heures) ;
  • days (jours) ;
  • weeks (semaines) ;
  • months (mois) ;
  • years (années).

Pour vérifier que tout a bien fonctionné, il faut utiliser la commande atq. Elle afichera la liste des tâches en attentes avec un numéro attribué. Exemple :

job 9 at Mon Oct 26 17:35:00 2015

Pour supprimer cette tâche, il suffit de récupérer ce numéro et d’utiliser la commande atrm :

atrm 9

Autres exemples d’utilisation :

En affichant la date customisée :

$ at 12:12 12/12/15
warning : commands will be executed using /bin/sh
at > date "+nous sommes le %d/%m à %Hh%M ! %n C'est la fin du monde !!!!!!!!!"
at > <EOT>

En préparant le lendemain matin  :

$ at 9:00 tomorrow
warning : commands will be executed using /bin/sh
at > firefox
at > cowsay bonjour :)
at > <EOT>

On parlera de cowsay prochainement ;)

Liste des commandes évoquées

  • at
  • atq
  • atrm
  • date
  • shutdown

dans tous les cas, ne pas oublier

  • comande –help pour avoir de l’aide
  • man commande pour lire le manuel (RTFM dans le jargon)

Poster un commentaire

Classé dans Actu des TIC