Archives de Catégorie: La vie de l’EPN

Webradio : le Relais 59 signe une convention avec la MDE

Ces derniers mois, nous jouions malgré nous à cache-cache et nous n’arrivions pas à nous synchroniser. Aujourd’hui, c’est du passé et l’accord entre notre structure et la Maison des Ensembles (MDE) est bel et bien scellé.

Une convention nous lie désormais à la MDE nous donnant accès à leur studio d’enregistrement pour produire nos émissions « Sous l’Arbre à Palabres ». Un rendez-vous mensuel de 50 minutes où l’expérience des citoyens commente l’expertise sur des sujets de société.

C’est une étape importante pour notre atelier radio initié en octobre dernier. Après nos séances d’interviews et de montage, place maintenant à l’effet grisant produit par l’adrénaline des micros et les affres du studio !

L’aventure radiophonique continue : rendez-vous le 16 mars pour un test grandeur nature et le 20 avril pour notre première émission « Pourquoi les Africains quittent l’Afrique ?« .

Merci à tous nos animateurs ainsi qu’à l’équipe de la MDE qui nous accueille : Mathilde, Ines et Shäy.

Poster un commentaire

Classé dans La vie de l'EPN

Sous l’arbre à palabres : magazine d’expression citoyenne

Ça y est, l’atelier radio du vendredi matin a son émission ! Après délibération, en comité de rédaction, elle s’appellera « Sous l’arbre à palabres« . Son format ? 50 minutes. Sa fréquence ? Mensuelle.

Ce magazine d’expression citoyenne privilégiera l’expérience pour éclairer le regard de l’expertise. En d’autres termes, sur un sujet donné, nos invités apporteront leurs témoignages et leur vécu et commenteront l’analyse d’un(e) expert(e).

Comme dans la tradition africaine, l’arbre à palabres se veut un lieu d’échanges ouvert à toutes et à tous : des témoins aux experts en passant par les participants. Il préfigurera ainsi le projet plus large de webradio du Relais 59.

Les thèmes abordés

Nos premiers rendez-vous s’inscriront dans un cycle de cinq émissions consacrées à l’Afrique et aux Africains vivant en France :

  1. Pourquoi les Africains quittent l’Afrique ?
  2. Peut-on parler de l’Afrique autrement que de manière négative ?
  3. Les richesses de l’Afrique font-elles son malheur ?
  4. La solidarité familiale en France et en Afrique : deux modèles différents ?
  5. Pourquoi les Africains restent en France, malgré tout ?

Après ce premier cycle thématique, l’émission abordera d’autres questions qui seront choisies en fonction des envies et de l’intérêt des participants pour certains sujets.

L’équipe

Hervé (journaliste) → c’est notre rédacteur en chef. Il encadre les stagiaires de l’atelier radio et les forme à l’interview, au montage, à la préparation et à la conduite d’une émission.

Johnny (journaliste) → il vient en appui d’Hervé, apporte son expertise sur les sujets africains et sur les techniques radio (interview, montage, animation…).

Ambroise (ingénieur du son) → il réalise le générique et les jingles.

Amadou, Ousmane, Serge, Farida, Emmanuelle (stagiaires)… et d’autres qui se joindront à nous → ils proposent les sujets, préparent les émissions, trouvent les invités et les témoins, animent les émissions.

Yann (responsable du projet radio) → il fait le facilitateur entre tous les publics : bénévoles, stagiaires, usagers et partenaires de l’association, invités et témoins impliqués dans l’émission et le projet radio. Dans le cycle d’émissions sur l’Afrique, il est chargé d’animer « la chronique du toubab ».

Les lieux

Les ateliers radio à l’@nnexe
Ils se tiennent tous les vendredis de 9h30 à 11h30 à l’@nnexe, 8 place Henri Frenay (Paris 12e).

Les enregistrements à la Maison des Ensembles
Les enregistrements mensuels commenceront à partir du 16 mars au studio de la Maison des Ensembles (MDE), 3/5, rue d’Aligre (Paris 12e), le jeudi de 10h30 à 12h.

Le calendrier des enregistrements

  • Jeudi 16 mars 2017 (émission zéro)
  • Jeudi 20 avril 2017 (émission 1)
  • Jeudi 18 mai 2017 (émission 2)
  • Jeudi 29 juin 2017 (émission 3)
  • Jeudi 13 juillet 2017 (émission 4)
  • Émission 5 : la date est encore à définir à la rentrée de septembre

Les moyens

Les premiers enregistrements se feront grâce au partenariat avec la Maison des Ensembles. Par la suite, nous souhaitons aussi acquérir du matériel radio pour constituer un studio mobile qui servira à produire tous les programmes de la webradio de l’association.

En plus de l’aide technique de nos bénvoles, nous comptons aussi sur l’aide financière et matérielle de notre réseau et nous lancerons prochainement une campagne de financement participatif pour obtenir les éléments suivants :

  • 1 carte son USB -> 140€
  • 1 table de mixage -> 350€
  • 1 ordinateur portable pour lancement des sons -> 700€
  • 6 Casques -> 270€
  • 5 Micros -> 600€
  • 10 bonnettes -> 20€
  • 5 pieds micros -> 50 €
  • Câbles micros et câbles divers -> 150€
  • 2 amplis de casques (2 x 4 casques) -> 50€
  • 1 paire d’enceintes de retour studio et pieds -> 250€
  • 1 enregistreur numérique -> 250 €
  • 1 horloge à LED déroulantes -> 60€
  • 1 disque dur externe de 1 To -> 100€

TOTAL : 2990 euros

3 Commentaires

Classé dans La vie de l'EPN

Comment recycler ses déchets DEEE intelligemment ?

ob_60eaa9_disquettes-cache-pots

Faire du neuf avec du vieux. « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » comme disait le bon chimiste. Avec les déchets issus de l’informatique et de l’électronique, y’a du boulot !

Qui ne possède pas chez lui d’anciennes disquettes, des CD et DVD usagés, un vieil ordi, un clavier has been, une bonne vieille souris à boule que l’on a les boules de jeter parce qu’on a mauvaise conscience d’envoyer tout ça aux oubliettes ou que, par principe, on préfère garder, car on ne sait jamais, ça peut toujours servir ?

Ces monceaux de DEEE (Déchets d’équipements électriques et électroniques) qu’on accumule sans cesse partent – quand on prend le soin de les trier ! – on ne sait où ? Que deviendront-ils ? Seront-ils démantelés puis recycler : dans leur ensemble, en partie ? Seront-ils brûlés, stockés dans des décharges « spécialisées » ou simplement abandonnés au triste sort de populations indiennes, chinoises ou africaines ?

Créons des objets avec les déchets informatiques et électroniques (DEEE)

C’est pour sensibiliser aux questions que posent les DEEE et pour proposer une réponse ludique (mais néanmoins modeste) que nous voulons organiser en 2017 des ateliers de création d’objets de décoration avec des déchets issus de l’informatique et de l’électronique.

Quelques exemples pour nous mettre en appétit (si vous en avez d’autres, nous sommes preneurs !) :

Recherchons bénévoles créatifs pour animer des ateliers

Si la question des déchets issus du numérique vous touche et que vous êtes créatifs, pourquoi ne pas venir animer des ateliers chez nous ?

Nous souhaitons lancer des ateliers hebdomadaires de 2h de février à juin 2017 :

5 sessions de 4 ateliers ouverts à 5 participants max.

Si l’aventure vous tente, n’hésitez pas à nous contacter.

A bientôt à l’@nnexe

3 Commentaires

Classé dans La vie de l'EPN, Le coin des bénévoles

2017 : on déconnecte !

voeux-2017

Faire commun pour redonner du lustre à nos vies
De notre droit à la déconnexion à la nécessité de nous reconnecter
Remerciements et générique de l’année 2016

2016 a tiré sa révérence avec ses 366 jours palpitants. Dans son faste habituel, l’année qui vient de s’écouler a résonné des gens, des échanges, des rencontres et des projets qui font la beauté de notre tiers lieu définitivement tourné vers la diversité.

Parmi les belles aventures qui ont fleuri en 2016, nous retiendrons, entre autres, les espaces de parole qu’ont été les « cafés causettes » des mardis et jeudis matin, les ateliers radio du vendredi et la progression tranquille, mais régulière de notre laboratoire de fabrication numérique (le Fab-U-lab).

Faire commun pour redonner du lustre à nos vies

Apprendre à mieux se connaître les uns les autres pour « faire commun », prendre conscience que la valeur de notre lieu repose sur la participation, la vigilance et la bienveillance de chacun-e des membres de notre communauté est un cap que nous tentons de tenir sur le long terme.

Encore une fois, nos vœux pour la nouvelle année qui se profile est de faire plus et mieux pour le bien et la prospérité des gens de tous horizons qui habitent et font vivre l’@nnexe.

A l’heure où des pans entiers de ce qui fait société partent en lambeaux, nous avons la capacité, à notre échelle locale, de trouver, dans la force du collectif et du partage de nombreux moyens pour réenchanter nos vies et notre environnement. Ne passons donc pas à côté de nous-mêmes ni de la richesse que nous pouvons apporter aux biens communs, quels qu’ils soient.

digital-detox

De notre droit à la déconnexion à la nécessité de nous reconnecter

Aujourd’hui, 1er janvier, entre en vigueur le droit à la déconnexion des salariés. C’est un geste à la fois fort et symbolique pour nous inviter à devenir (enfin ?) maîtres des outils numériques qui nous échappent et trop souvent nous enchaînent, avec notre aimable consentement.

Pour 2017, le droit à se déconnecter pourrait donc être une injonction à mûrir. Un appel à passer d’un état d’éternel adulescent à une pleine conscience de ce que nous sommes et de ce que nous voulons dans nos relations au monde et aux autres. Dans une économie de l’attention qui nous canalise dans un « tout-à-l’égo », le droit à la déconnexion reviendrait finalement à nous réapproprier notre acuité et notre attention pour nous enraciner et pour nous reconnecter (dans la « vraie vie ») à nous-mêmes et à nos frères humains, animaux et végétaux.

Notre année 2017, pour être pleine et entière, sera donc placée sous le signe des « dé » : désengagement numérique, déconstruction de nos habitudes toxiques, déculpabilisation, découverte d’autres possibles.

Bref, une année plus saine dans votre corps et votre esprit, débarrassée de l’infobésité et de la pollution numérique, c’est tout le « mal » qu’on vous souhaite pour 2017.

Belle et heureuse année à tou-tes !

L’équipe de l’@nnexe

Remerciements et générique de l’année 2016

En cette période de vœux, nous tenons à remercier chaleureusement celles et ceux qui nous aident à animer l’@nnexe et à lui donner une âme : nos bénévoles et nos stagiaires.

Par ordre alphabétique, donc, un GRAND MERCI à :

Alexis, Chedy, Clément, Cyril, Élise, Gino, Günther, Hervé, Isabelle, Jean-Claude, Jean-Marc, Jean-Pierre, Jean-Yves, Josette, Julien, Marie, Marie-Antoinette, Marielle, Martine, Michel, Nathalie, Nico, Odette, Olivier B., Olivier D., Quentin, Rodrigue, Serge, Suzy, Sylvain, Sylviane, Thierry, Wolfgang tou-tes bénévoles de choc !

Merci aussi aux stagiaires qui nous ont fait l’honneur de choisir notre espace pour se former et donner de leur personne :

Alba, Aleksandra, Bréhima, Eddy, Fanny, Guillaume, Jeanne, Kevin, Mathias, Nathalie, Samir, Silviu.

Sans oublier, bien sûr, tous nos partenaires et donateurs.

1 commentaire

Classé dans La vie de l'EPN

Démarches administratives : apprenez à le faire en ligne !

Démarches en ligne, ateliers e-administration

CAF, Sécu, Pôle Emploi, Ville de Paris, Impôts, caisse de retraite, bailleurs sociaux… vos démarches administratives deviennent un casse-tête ? Vous ne parvenez pas à contacter ou rencontrer les administrations car les guichets et les agents ont disparu ? C’est « normal », puisque désormais tout se fait par un guichet unique qui s’appelle … Internet ! Bienvenus dans l’e-administration et la dématérialisation des services publics.

L’angoisse vous gagne : vous ne savez toujours pas comment parler à ce nouveau guichet et vous vous sentez bien seuls. Pas de panique, on vous accompagne !

Des ateliers gratuits pour le faire soi-même

Tous les vendredis à l’@nnexe de 14h à 16h, venez faire vos démarches avec nous et sans rendez-vous.

Pour vous rendre actifs, c’est vous qui êtes aux commandes de l’ordinateur et nous, on vous guide pas à pas, formulaire après formulaire. Avec le temps, vous y arriverez tout seuls et vous finirez même par y prendre du plaisir en disant  à vos administrations préférées : c’est moi qui l’ai fait !

plan-annexe

Poster un commentaire

Classé dans Entraînement des stagiaires, La vie de l'EPN

Comment régénérer vos piles jetables ?

regenbox

Vous le savez nous aimons faire des expériences et qui plus est des essais qui vont dans un sens utile. Nous sommes comme ça à l’@nnexe. C’est pour cette raison que nous défendons la culture libre et l’expérimentation collective. Nous sommes particulièrement sensibles à la question des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE ou D3E) qui envahissent nos vies et nous mettons en place plusieurs dispositifs pour les limiter. Utiliser un parc informatique recyclé, équipé de logiciels libres moins gourmands en est un simple exemple. D’où aussi notre Fab-U-lab, tiers lieu de bidouille tous azimuts et en mode basses technologies ou jugaad, pour ceux qui maîtrisent l’hindi !
Avec notre partenaire Electrocycle, l’asso D3E, qui est très mobilisé sur la limitation des DEEE et qui anime régulièrement des ateliers d’intelligence partagée avec d’autres structures associatives, nous mettons en service un objet dont beaucoup d’entre nous rêvaient depuis des années : un régénérateur de piles alcalines.

Donnez une seconde vie à vos piles jetables

De quoi s’agit-il au juste ? D’un simple boîtier que l’on branche au 220 volts et dans lequel on place des piles alcalines qui auraient normalement fini à la poubelle ou dans un circuit de collecte (ça c’est pour les propriétaires les plus vertueux).

Vous connaissiez les piles rechargeables qu’on appelle aussi familièrement les « accus » (accumulateurs) et que vous utilisez probablement avec un chargeur spécial.

Notre régénérateur de piles fonctionne à peu près de la même façon. Le geste est exactement le même qu’avec une pile rechargeable, mais il faut connaître quelques règles et principes de base :

  • À l’inverse des accumulateurs, les piles alcalines ne pourront pas être régénérées un grand nombre de fois (une dizaine de fois tout au plus) ;
  • Avant d’être placée dans le régénérateur, chaque pile doit être testée (avec un testeur ad hoc ou un multimètre). Pour pouvoir être régénérée, la charge de la pile ne doit pas descendre en-desous de 0,8 volt ;
  • La régénération de la pile prend 24 heures environ. En deçà, il est inutile de vouloir régénérer la pile ;
  • Si vous n’avez pas assez de temps, il est possible d’interrompre la régénération et de la reprendre ultérieurement.

L’appareil peut également recharger des piles rechargeables classiques.
Le régénérateur est alimenté par son transformateur ou par un câble/chargeur USB universel.

Rappelons enfin que ce régénérateur de piles alcalines est un prototype et qu’il est nécessaire de le faire fonctionner pour le tester en vue de l’améliorer.

C’est donc cette tâche que nous nous sommes fixée, aidés par tous nos usagers qui souhaiteront apporter et régénérer leurs piles déchargées.

Si vous habitez le Nord de Paris, sachez qu’un autre régénérateur est en service chez nos amis de l’association Antanak, partenaire, elle aussi d’Electrocycle.

 

3 Commentaires

Classé dans Actu des TIC, La vie de l'EPN