Archives de Tag: empowerment

Réaménagement de l’@nnexe #10 : Olivier, un gars doué !

fixation-switch

Un switch fixé sous un poste informatique avec des techniques de Géo Trouvetou

Rien de tel que le contact ! Les relations de proche en proche. En jargon numérique on dirait « de P2P » (peer to peer,  » de pair à pair »). Le réaménagement collaboratif de notre espace fête en ce moment sa première année. Tout est chantier chez nous. Mais on ne se trompera pas en disant qu’entre la V1 et la future V2, l’@nnexe a connu de substantiels changements.

Si vous avez suivi les épisodes précédents, vous savez qui est Michelle, Jean-Luc, Claudine, Muriel, Lourdes, Liliana, Sheila, Francis, François… et tant d’autres petites abeilles qui alimentent la ruche  ! L’une a fait un audit du lieu avec des recommandations, l’autre a réalisé les plans de l’@nnexe version 1.9. D’autres encore ont cousu les rideaux qui nous protègent de l’aveuglement, apporté des coups de main et des gâteaux, des ondes positives, des encouragements et des gentillesses.

Chez les râleurs on trouve de bons bricoleurs

Aujourd’hui, c’est Olivier[1] qui a droit à son quart d’heure de célébrité, mais ne lui dites surtout pas, car il ne voudrait pas qu’on en parle ! Le contact, le proche en proche, je vous dis.

C’est parti simplement sur une remarque. Olivier fréquente régulièrement les accès libres. On se connaît. On s’apprécie, on parle de temps à autre, mais ça ne va pas plus loin.

Je me retrouve à aider quelqu’un sur un poste quand j’entends râler Olivier sur l’organisation des tables de la petite salle informatique. Soupe au lait comme je suis, je prends ça pour moi et pour celles et ceux qui ont sué avec nous pour améliorer l’espace. Je lui explique que c’est facile de critiquer, mais que nous avons passé un temps de damnés pour démonter, déplacer et remonter les tables. Que nous avons passé des semaines à trouver des solutions, à faire les plans… le tout, avec les moyens du bord : des bouts de ficelles. Je tais l’épisode de la découpe des tubes en alu, mais je le pense fortement et dans un mouvement romantique de la main, je lui lance un « si tu veux nous donner un coup main, tu es le bienvenu ! ». Oui, j’avais oublié de préciser que je le tutoie, car on a le même âge et quelques anecdotes en commun. Le proche en proche je vous dis. Et notre Olivier, d’un œil vif et malicieux de renvoyer : « ah ben ouais, OK, moi j’ai du temps, ça dépend de vos besoins ».

L’affaire n’en reste pas là. Nous nous isolons un instant et nous faisons le point sur ses envies et ses savoir-faire. J’apprends qu’il aime bricoler, qu’il sait souder et pour le reste, je l’ai découvert plus tard. Rendez-vous est pris. J’aime mettre les gens au pied du mur pour savoir ce qu’ils ont dans le ventre ; ce que vaut leur parole. Les « challenger » comme on dit maintenant.

Avec Olivier, on aime bricoler

Une semaine plus tard, Olivier est là, le jour J à l’heure H. On commence par concevoir comment habiller un de nos chariots métalliques avec du bois. L’idée, c’est d’en faire une armoire roulante pour stocker nos carcasses et autres pièces informatiques détachées. Nos DEEE[2] quoi.

Nos caisses de 12 bouteilles de grands crus de bordeaux pourront répondre à une partie de nos besoins. Le reste sera assuré par des planches de palettes.

Olivier se met donc au travail. Comme convenu, il fixe deux caisses sur le côté sur chariot en guise de casiers de rangement. Joli coup ! Il bosse bien Olivier et en autonomie. Le rêve !

Cachez ces câbles que je ne saurais voir

Cette première mission en appelle d’autres. Depuis le redéploiement de notre mobilier dans tout l’espace, opéré pendant les vacances de Pâques 2014, je n’arrive pas à trouver du temps pour sécuriser et rationaliser les câbles de toutes sortes qui jonchent le sol des salles informatiques et débordent dangereusement de l’arrière des postes. J’ai bien essayé de motiver quelques personnes chez nous pour s’y coller tous ensemble, mais rien à faire. A part moi, le bricolage ne passionne pas les foules à l’@nnexe. Dommage…

Un superbe exemple de basse technologie : bande métallique galvanisée, tube de mousse de protection pour les tuyauteries en guise de passe-câbles

Un superbe exemple de basse technologie :
bande métallique galvanisée, tube de mousse de protection pour les tuyauteries en guise de passe-câbles. Une barrette en fer blanc récupérée sur une PC pour fabriquer une patte de fixation.

Je branche donc Olivier sur les câbles. Il ne fait aucune résistance. Le matériel nécessaire était prêt depuis des mois pour faire le job. J’avais phosphoré sur comment rassembler les câbles ensemble, les guider dans des goulottes. Le tout, bien sûr, à moindre coût. Pour trouver la solution j’avais donc à nouveau convoqué mon cerveau de hacker[3]. Un rouleau de 10 mètres de bande perforée en galvanisé d’une largeur de 8mm environ (autour de 10 euros) + des tubes de mousse à calfeutrer les tuyaux d’eau pour éviter le gel (moins de 1 euro le tube) feraient bien l’affaire.

Je vends donc la solution à Olivier qui tente vainement de m’emmener vers des matériels professionnels inabordables pour l’association. Je tiens bon, malgré les derniers coups de boutoir. Un test est décidé sur 2 postes. Le résultat est probant. Olivier termine la petite salle de 6 postes et attaque courageusement la grande salle où il faut fixer un switch[4] et ranger au mieux les câbles réseau. Une rangée sert de test. La rigueur et la patience d’Olivier fait le reste. Le switch est posé avec des techniques à la MacGyver : des vis improbables et des plaquettes en fer blanc carottées sur nos carcasses informatiques.

Nous en sommes là. Encore 6 postes à traiter et les deux salles informatiques (15 postes) seront pleinement fonctionnelles.

Nous attendons prochainement un lot de machines que nous hériterons de l’Institut du Cancer. Cela donnera à notre parc informatique un petit coup de jeune et améliorera, une fois de plus, les services que nous pouvons rendre à nos usagers.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Notes :

[1]. Il ne s’agit pas d’Olivier D., mais d’Olivier B. Eh oui, nous avons désormais deux Olivier dans notre fertile et beau tiers lieu !

[2]. Les DEEE (ou D3E) désignent les Déchets d’Équipement Électrique et Électronique qui sont difficilement recyclables, mais néanmoins très polluants, car ils contiennent toutes sortes de métaux lourds, de plastiques et autres composants chimiques ayant un impact important sur l’environnement et les milieux naturels.

[3]. Le hacker est une personne qui aime comprendre en détail le fonctionnement interne d’un système (informatique ou pas) ou d’un objet en général. En maîtrisant ce fonctionnement, il peut ensuite détourner l’objet de son usage initial pour en créer un nouveau. Il existe des hacker dans tous les domaines et, surtout, plein de hackers et de hackeuses qui s’ignorent à travers le monde !

NB : dans le champ informatique, ne pas confondre hacker et pirate.

[4]. Un switch (ou commutateur) est un boîtier électronique qui est utilisé dans le domaine des réseaux pour redistribuer une connexion réseau ou une connexion Internet. Grâce à un switch, un seul câble, qui apporte la connexion Internet, peut être démultiplié en plusieurs câbles (4, 6, 8 ou plus, selon la taille du boîtier) pour alimenter plusieurs ordinateurs. C’est comme une multiprise, mais pour la connexion Internet.

Poster un commentaire

Classé dans Chantiers collaboratifs, La vie de l'EPN

Réaménagement de l’@nnexe #3 : on remet ça le 26 février

Chantier du mercredi 12 février 2014

Ce chantier a tourné court. Nous pensions continuer sur notre lancée des séances précédentes, mais personne ne s’est manifesté. Cela fait partie du jeu des chantiers collaboratifs. Chacun fait ce qu’il peut, comme il peut, quand il peut.

Nous resterons donc sur les derniers conseils de Michelle qui nous avait rappelé de veiller aux dégagements à respecter pour les rotations des personnes en fauteuil roulant et qui nous a donné sa bénédiction pour la suite des chantiers. Elle nous a gentiment proposé d’apporter un regard avisé aux solutions que nous aurons trouvées.

A suivre donc et rendez-vous mercredi 26 février pour le 4e chantier de réaménagement collaboratif. Le 19 février, nous faisons relâche, car nous laissons la place à l’atelier de décoration de notre ordinateur partagé Jerry.

Poster un commentaire

Classé dans Chantiers collaboratifs, La vie de l'EPN

Ensemble réaménageons l’@nnexe #2

Réaménagement de l'@nnexe

Un espace qui vit

L’@nnexe est un lieu vivant. Vous en doutiez ? Pourtant, cette ruche accueille des gens de tous les horizons, de tous les continents, de toutes les conditions… toute l’année. Les personnes qui fréquentent l’espace numérique sont usagers, membres, bénévoles, salariés ou partenaires du Relais 59. Tous ces va-et-vient représentent, peu ou prou, 7000 visites par an.
Depuis que le Relais 59 loue le local de l’@nnexe à la RIVP (septembre 2008), le lieu a été transformé à plusieurs reprises. A titre d’exemple, dans la grande salle, nous avons configuré l’espace de formation trois fois ! En septembre 2013, nous avons effectué des travaux d’accessibilité permettant aux personnes handicapées de venir dans notre local :

  • Accès à la grande salle
  • Accès à la seconde salle de formation informatique
  • Construction de toilettes aux normes d’accessibilité

Analyser le lieu en vue de l’améliorer

Au-delà de la surface confortable que présente notre local (148m²), l’espace, dans sa conception, n’est pas vraiment adapté aux activités de formation. Les trois salles, toutes rectangulaires, sont difficiles à équiper pour former du public à l’informatique.

Pour cette raison, il est indispensable de trouver des solutions et des astuces qui rendront le lieu plus agréable à utiliser.

Depuis le mois d’octobre, nous accueillons Michelle qui est ergonome et qui est bénévole à l’@nnexe. En considérant ses compétences et son expérience, nous lui avons proposé de nous aider à réaménager l’espace numérique afin qu’il soit plus fonctionnel, plus convivial, bref, plus vivable au quotidien.

Avec Michelle nous avons effectué un grand chantier d’analyse du lieu, de ses usages, de son public, de ses contraintes (spatiales, matérielles)… Michelle a procédé pour cela à des observations et des enquêtes auprès de personnes qui fréquentent l’espace (usagers, bénévoles et salariés).

Cette analyse a fait l’objet d’un document qui expose clairement la situation (étape 1). Il a pour but de dresser un cadre et d’alimenter une réflexion et une décision prise de manière collégiale, lors de chantiers collaboratifs, entre usagers, membres, bénévoles et salariés qui utilisent et fréquentent l’espace numérique (étape 2). Lorsque nous aurons trouvé des solutions réalistes à nos problèmes d’aménagement, nous procéderons à la mise en place et au déplacement, sur le terrain, des mobiliers et matériels à notre disposition (étape 3).

Trouver collectivement des solutions de réaménagement

Suite à ce travail d’audit, nous proposons aux usagers de l’@nnexe de participer au chantier collaboratif de réaménagement de l’espace.

Ce chantier prendra la forme de petites séances d’ateliers programmées le mercredi entre 14h et 16h.
Nous travaillerons sur plan et ferons des propositions d’aménagements.

Deuxième séance mercredi 05/02 à 14h

Si vous souhaitez participer à la remise en forme de l’espace numérique, nous serons ravis de vous intégrer à notre groupe de travail qui poursuivra ses réflexions le mercredi 5 février de 14h à 16h.

Merci encore d’être et de participer à l’âme et à l’esprit des lieux !

3 Commentaires

Classé dans La vie de l'EPN

Réaménagement participatif de l’@nnexe #0

Cinq ans et une vie bien remplie

Cinq ans que l’@nnexe est dans le local de la place Henri Frenay. Cinq ans que ce lieu connaît :

  • des transformations (travaux d’accessibilité) ;
  • des « acque alte » (fuites par le plafond et, quand ça tourne mal, des inondations) ;
  • des configurations de salle de formation ;
  • des plantations d’intérieur ;

… des joies, des stress, des peines… mais cinq années d’activités intenses. Pas le temps de s’ennuyer ! Des milliers de personnes qui vont et viennent, qui apprennent, qui échangent, qui prennent, qui donnent, qui se confient, qui participent aussi… à la vie de notre lieu.

La quadrature du lieu

Toujours une équation impossible à résoudre : accueillir, informer et former du public dans une même salle. La grande salle. Celle qui a pignon sur place. Vous donnez un cours ? Un(e) casse-pied vous interrompt pour qu’on lui fasse un CV urgent, pour faire une photocopie, pour une info sur une formation. Vous essayez de travailler à un dossier, de traiter les affaires courantes ? Vlan ! C’est le coup de l’ordinateur en panne ou de l’anti-virus qui vous tombent dessus sans

Vraiment grande cette salle. Vraiment grand ce local (148m²). Le plus grand espace public numérique de Paris. Vraiment grand, mais vraiment pas pratique.

Pendant quatre ans, j’ai fait ce travail seul, épaulé (pour la formation et la mise en place d’un serveur) par une équipe de bénévoles qui vont, qui viennent, qui échangent, qui donnent, qui prennent, qui participent aussi.

L’@nnexe au Pays des Merveilles

En pleine trêve des confiseurs, je me prends à rêver. Pour bien gérer le lieu, cher Père Noël, je voudrais, pour la nouvelle année :

  • Une personne à l’accueil tous les matins. Si possible jeune, jolie, affable et empathique, capable d’évaluer au mieux le niveau d’informatique et les besoins des usagers afin de proposer la meilleure offre à un instant T ;
  • Un animateur dynamique, polyvalent, ordonné, compétent et corvéable à merci (beaucoup) ;
  • Des bénévoles tout aussi performants que l’animateur et disponible toute l’année, même au mois d’août pour arroser les plantes (euh, pour les plantes, ce n’est pas un rêve, c’est du vécu : merci O. et D. !) ;
  • Des stagiaires survitaminés, pleins de fougue et d’envie d’aider leur prochain numérique ;

Restons sur terre et considérons les améliorations depuis un an :

  • Un animateur en service civique (3 jours par semaine) ;
  • Une bénévole qui accueille les gens le mardi matin (c’est déjà ça) ;
  • Une bénévole ergonome nouvellement arrivée ;
  • La VMC qui remarche depuis une semaine ;
  • Un nouveau formateur bénévole remonté comme un coucou ;
  • Pas encore de raton laveur, mais j’ai bon espoir.

C’est plutôt motivant, non ? Certes, mais l’espace, lui, demeure. Avec pignon sur place, toujours à la merci du moindre importun que l’anti-virus démange, prêt à faire un AVC du clavier, à facebooker à l’œil ou à imprimer un ID-TGV .

Une ergonome à l’@nnexe

Comment donc gérer, canaliser, réorienter tous ces flux de gens (apprenants, usagers en accès libre, personnes en quête d’infos et de services, enfants de l’accompagnement scolaire, badauds de la place …) et faire en sorte qu’ils ne se gênent pas mutuellement ? En réaménageant l’espace pardi ! Oui, d’accord, mais comment ? Attends voir. T’avais pas dit que tu avais dans tes bénévoles une ergonome ? Ben si. Et elle s’appelle comment ? Michelle. Et ben voilà ! Propose à Michelle de t’aider à revoir la disposition de cette grande salle. Elle a bien une idée sur la question, non ?

Bon sang, mais c’est bien sûr ! Cogito ergonome sum c’était ça la formule à trouver. Merci Jiminy ;-)

Alors je m’exécute et convainc Michelle de reprendre du service. Elle nous explique, en vrai professionnelle en quoi consiste le travail d’une ergonome :

Le mot « ergonomie » vient du grec ergon (travail) et nomos (lois, règles). L’ergonomie peut donc être définie comme la science du travail ayant pour objet l’adaptation du travail à l’homme (amélioration des conditions de travail) afin que ce dernier puisse mener ses activités avec un maximum d’efficacité, de satisfaction et de bien-être.
L’ergonomie s’intéresse à tous les aspects des situations de travail  et vise à les adapter aux caractéristiques physiologiques, morphologiques, au fonctionnement cognitif des personnes concernées. Exemples :

  • Conception des outils : machines, logiciels … ;
  • Locaux et postes de travail ;
  • Organisations et méthodes de travail ;
  • Etc.

La démarche de l’ergonome consiste à analyser le travail  réel  (tel qu’il est pratiqué et vécu concrètement par ceux qui le réalisent) afin de le comprendre et améliorer les conditions de sa réalisation.
Il conduit son intervention dans les lieux où se déroule le travail et associe les  personnes concernées  à la recherche de solutions.

Associer les usagers de l’espace à sa nouvelle forme

Nous en sommes là. Entre octobre et novembre 2013, Michelle est venue plusieurs fois en observation à l’@nnexe pour comprendre le lieu :

  • ses espaces (trois salles, local technique, cuisine et WC, coins et recoins) ;
  • ses publics (usagers, bénévoles, salariés, stagiaires) et ses mouvements induits ;
  • ses activités (accueil et information du public, accès libres, cours et ateliers d’informatique, accompagnement scolaire, cours de langues (français, anglais), réunions et rencontres, etc.).

Elle a donc pris une multitude de notes, interrogé des gens, fait des photos, pris des mesures…

Elle nous a envoyé récemment un document de 9 pages intitulé Réorganisation des locaux de l’@nnexe – espace numerique du relais 59 (Paris 12e). Éléments de réflexion. Nous le publierons prochainement sur ce blog après accord de Michelle.

Ce document servira de base pour un réaménagement conduit de manière participative par les utilisateurs de l’espace qui souhaiteront s’engager dans ce projet. Michelle l’explique très bien dans sa conclusion :

Ces premiers éléments généraux constituent une base de travail à soumettre aux personnes – salariés et volontaires – concernées dans le cadre d’une démarche participative.

Les débats pourront s’engager à partir des options proposées.

  • Dans un premier temps il est important de laisser chacun(e) s’exprimer librement sans réserve (séquence : brain storming) ;
  • Ensuite les idées et propositions recueillies seront soumises à un questionnement de type avantages/inconvénients (séquence évaluation des solutions).

Les usagers pourront être également consultés (ex : questionnaire) uniquement sur des aspects les concernant.
Préalablement à toute réflexion, il est indispensable de procéder à des mesures permettant de disposer de données fiables.

On a donc du pain sur la planche. Nous avons d’ores et déjà prévu des créneaux pour ce chantier dans notre planning du premier trimestre 2014. Nous vous informerons des prochains rendez-vous de ce réaménagement collaboratif.

A suivre donc…

Poster un commentaire

Classé dans La vie de l'EPN

Sala kahle Madiba!

Au revoir Mandela !

Un des pères de l’empowerment vient de rendre son dernier sourire. Mieux que personne Mandela a, par sa vie et ses actes, incarné le Pouvoir d’Agir, la Force du Faire. Tous les makers de la planète devraient lui ériger une statut, un autel, même simplement virtuel. Dans les moments de doute ou de découragement nous retiendrons sa leçon.

Ngiyabonga Madiba!

2 Commentaires

Classé dans Le coin des partenaires