Archives de Tag: intergénérationnel

Ateliers robotique et électronique jeunes et adultes

Ateliers Robotique Paris

Le Fabulab de l’@nnexe présente :

Des ateliers Arduino à Paris 12e

Depuis la mi-novembre 2014 ont lieu à l’@nnexe des ateliers Arduino (robotique et électronique) pour les jeunes et les adultes parisien-nes.

Ces ateliers s’articulent en sessions de 10 séances.

Pourquoi ces ateliers ?

Les objets électroniques sont partout dans notre quotidien : à la maison, au bureau, dans la voiture,  dans les lieux publics… Depuis quelques années, ils sont toujours plus connectés à l’Internet.

Comprendre et maîtriser ces objets devient indispensable comme savoir lire, écrire et compter. En connaissant leur fonctionnement et en en fabricant de nouveaux, on peut plus facilement les maîtriser.

Pour les jeunes et les adultes

Les ateliers sont ouverts à tous les jeunes et adultes parisiennes et parisiens à partir de 12 ans. Nous pouvons accueillir 6 personnes maximum par groupe.

Cet atelier où nous mettons en avant la création et l’apprentissage collectifs est une bonne occasion de s’appuyer sur les complémentarités entre les générations. En tant que centre social, nous aimons créer ces moments d’échanges et de convivialité inter-âges.

A l’@nnexe (Paris 12e)

Les ateliers ont lieu chez nous à l’@nnexe – Espace Numérique du Relais 59 (Paris 12e)

Plan pour venir à l'@nnexe

Animé par Jean-Marc

Ateliers robotique enfants, jeunes et adultes à Paris

Jeunes ados, ados, jeunes adultes et retraités. Tout le monde peut faire ses premières armes avec les composants électroniques et s’initier à leur programmation.

Jean-Marc, l’animateur responsable de l’atelier, est un professionnel de l’électronique passionné ! Il aime transmettre sa passion et a hâte de constituer un groupe d’amateurs-trices tout aussi mordu-es.

Pour quoi faire ?

Ces ateliers sont avant tout ludiques. Ils passent par un maximum de manipulations et d’expérimentations destinées à se familiariser avec les différents composants électroniques et les microcontrôleurs Arduino. Chaque acquis est exploité dans la fabrication d’objets de plus en plus complexes et de plus en plus intelligents.

Le but est donc de :

  • Bidouiller des circuits imprimés et des cartes informatiques pour identifier et récupérer des éléments fonctionnels
  • Comprendre les différents composants, leur fonctionnement, leur utilisation…
  • Imaginer et fabriquer des objets avec des composants et des microcontrôleurs Arduino
  • Programmer les objets créés pour les rendre interactifs et « intelligents »
  • Apprendre les bases de l’électronique et de la programmation des microcontrôleurs Arduino
  • S’amuser en menant toutes ces activités

Calendrier des ateliers

Une session d’ateliers est composée de 10 séances de 2h.

Deux groupes le mercredi après-midi, au choix :

Les personnes qui s’inscriront aux ateliers pourront choisir leur groupe du mercredi après-midi :

  • Groupe 1 : 14h à 16h
  • Groupe 2 : 17h à 19h

Inscriptions

cartouche-ateliers-complets-02

Pour plus d’infos : contactez-nous en laissant un commentaire en bas de cet article.

Capacité des ateliers : de 3 à 6 participants par groupe

Tarifs

1 cotisation de 20 euros à l’année scolaire + 1 participation variant en fonction des ressources d’un foyer, de 2€ à 10€ la séance, selon les revenus nets mensuels d’un foyer.

Matériel

Pour participer aux ateliers, il n’est pas nécessaire de s’équiper, mais c’est vivement conseillé ! Car le but est de pratiquer chez soi ce qu’on a appris et expérimenté pendant les ateleirs. Nous conseillons donc un « trousseau minimum » en petit matériel électronique et Arduino.

Pour se le procurer, il existe, à proximité, des magasins spécialisés et notamment Selectronic à Nation que nous apprécions particulièrement.

Poster un commentaire

Classé dans La vie de l'EPN

Un jardin à l’@nnexe #7 – Caisse qu’elle est bien cette structure !

Comme prévu, l’après-midi a commencé par un guacamole version Danièle, une pizza à la Yann, arrosés d’un pineau des Charentes, puis d’un cabernet sauvignon signé Sadrack. Le dessert, une tarte aux pommes floralement décorée, toujours version Danièle, a fini de cimenter la discussion. La réflexion porte sur la façon d’organiser nos caisses. Comment les disposer ? Comment faire pour créer un rythme à la structure, pour qu’elle ne soit pas monotone ? Quelles couleurs adopter pour que les plantes soient en valeur ? Comment faire pour éviter que l’eau ne stagne au fond des caisses ? Faut-il faire apparaître les marques estampillées des vins ou faut-il les cacher ? Faut-il créer des modules séparément et ensuite les assembler côte à côte ? Une chose est sûre, les interrogations ne manquent pas, mais nous avions déjà compris, lors de notre réunion du vendredi 26 avril, qu’il valait mieux faire et tester sur place plutôt que de faire des plans.

Nous nous exécutons donc dans cette entreprise et nous partons vers une belle et longue partie de Lego. Alterner les hauteurs, les creux et les pleins, les verticales et les horizontales, telle est la méthode de travail que nous nous sommes fixée. Nous souhaitons que la partie gauche de la vitrine soit complète. Psychologiquement, on a le sentiment d’avancer.

Un ensemble de 43 caisses

Le début est un peu lent, mais c’est sûrement l’effet de la digestion. La machine se met peu à peu en branle et nous accouchons d’un premier bloc, composé de 13 caisses.

Espace de plantations : bloc 1

Espace de plantations : bloc 1

Puis vient le 2e bloc, que nous réalisons avec plus d’aisance, car l’équipe est plus soudée et plus expérimentée, rodée. Cette fois, ce sont 21 caisses à vin qui forment l’ensemble.

L'espace de plantations : bloc 2

L’espace de plantations : bloc 2

Le 3e bloc est une formalité. C’est le plus petit de tous : 9 caisses.

L'espace de plantations : bloc 3

L’espace de plantations : bloc 3

Au total, pour un linéaire d’environ 5 mètres, nous avons utilisé 43 caisses.

Vue générale 1

Vue générale de la structure – 1

Vue générale - 2

Vue générale de la structure – 2

Nous avons disposé provisoirement des pots pour donner une idée des espaces créés :

  • les bacs en creux accueilleront la terre et feront des jardinières ;
  • les parties planes recevront des pots.

Il nous en reste presque autant pour faire la partie droite de la vitrine qui sera moins large que la gauche. Nous entendons d’ailleurs, à droite de la porte d’entrée, fabriquer une structure mobile qui pourra ressembler à ça :

4 caisses, 2 montants et une tablettes sur roulettes pour former un présentoir mobile.

4 caisses, 2 montants et une tablettes sur roulettes pour former un présentoir mobile.

Ce présentoir a été réalisé par un épicier de la rue de l’Amiral Mouchez dans le 13e arrondissement. Les 4 caisses sont semblables aux nôtres, leur contenance est de 12 bouteilles.

5 Commentaires

Classé dans La vie de l'EPN, Le jardincroyable

Un jardin à l’@nnexe #6 – La rue nous soutient !

Dans la série des belles trouvailles et des nombreux baumes que le printemps apporte à nos petits cœurs meurtris, j’ai eu encore ce week-end la chance de me faire quelques épiphanies dans la rue en circulant avec mon super vélo.

Petits cadeaux de printemps

Pêche de printemps miraculeuse dans les rues de Paris

Le Père Printemps des Jardiniers m’avait préparé plein de présents. Tout n’est pas visible sur la photo, alors jugez plutôt :

  • des dizaines de pots, soucoupes, godets et bacs, de toutes les formes, de toutes les tailles et dans toutes les matières (plastique, terre, métal) ;
  • un vaporisateur ;
  • des verges qui serviront dans un autre jardin pour faire des plessis ;
  • un chèvrefeuille dans un bac riviera qui espérait finir ses jours en pleine terre (et c’est chose faite !) ;
  • une batterie de cuisine neuve avec des casseroles en inox, des poêles, des moules à gâteaux top quality. Un de ces ustensiles iront dans la cuisine de l’@nnexe. Le frigo de Lucette appréciera.
  • une desserte de cuisine en bois sur roulette qui, une fois nettoyée et pourvue d’un plateau en bois, nous servira tantôt de table roulante pour le vidéo-projecteur tantôt de table de rangement d’accessoires de jardins, de graines, etc.

Décidément, ce printemps n’a pas fini de nous étonner. Et, preuve que notre mouvement prend de l’ampleur, même la rue nous soutient !

Pots, bacs et soucoupes. Après une bonne toilette pour ne pas transmettre de maladies aux prochains locataires

Pots, bacs et soucoupes. Après une bonne toilette pour ne pas transmettre de maladies aux prochains locataires

6 Commentaires

Classé dans La vie de l'EPN, Le jardincroyable

Un jardin à l’@nnexe #5 – Premières réunions projet

L'avant-jardin dans la grande salle Linux

Les caisses de vin en bois accueilleront bientôt les espaces de plantations

Depuis le lancement officiel de notre projet de jardin collectif, le 22 avril dernier (voir notre précédent billet), nous avons organisé, avec des personnes qui s’étaient montrées intéressées, deux réunions qui nous ont permis à la fois de présenter le projet et d’entamer des réflexions sur sa philosophie, ses objectifs, son fonctionnement et son organisation.

La première réunion a eu lieu vendredi 26 à l’@nnexe de 16h30 à 18h30, en présence de Monique, Sadrack, et Danièle. Günther et François s’étaient inscrits, mais ne sont pas venus.

La seconde réunion s’est tenue le lundi 29 avril de 18h à 19h30, avec Florence, Antonietta et Philippe. Gnalen qui souhaitait y participer n’a pas pu venir. Ahmed était prévu, mais il n’a pas donné suite.

Lors de ces échanges, nous avons pu travailler aux grandes lignes du projet : sa philosophie, ses objectifs, son fonctionnement, l’organisation des tâches de préparation.

La philosophie et les objectifs du projet

Le projet de jardin collectif dans la grande salle de l’@nnexe (salle Linux) s’inscrit dans les grands axes du projet social du Relais 59. Une volonté de consolidation des liens entre les usagers de l’@nnexe, du Relais 59 et, plus largement entre les habitants du quartier de la gare de Lyon et du 12e arrondissement (territoire d’intervention du Relais 59) quel que soit leur âge et leur condition. Il participe aussi à un projet plus global de fablab (laboratoire de fabrication) que nous avons baptisé chez nous « Fabulab« .

Découverte du végétal, émerveillement devant le vivant,

Défense du végétal et du vivant qui ne doivent pas être des biens meubles,

Repoétisation de nos villes, de nos lieux de vie et de travail, de nos quotidiens,

Sensibilisation aux problèmes environnementaux et à l’impact de la technologie sur la nature,

Réemploi, recyclage des matières premières

Reprise en main de notre pouvoir d’agir (empowerment),

Construction et entretien d’un bien commun,

Éducation populaire,

Partage des expériences, des connaissances, des plaisirs et des émotions,

Convivialité, entraide, échanges intergénérationnels,

telles sont les principales valeurs que le jardin entend mettre en avant à travers les activités de jardinage et informatiques qu’il induira.

Une fois créé, le jardin aura valeur de laboratoire, de lieu d’expérimentations diverses, d’espace de pédagogie par l’exemple pour petits et grands et de pépinière de projets pour les activités numériques et informatiques, d’une part et pour d’autres activités du centre social d’autre part.

Le jardin aura donc comme prolongement des activités informatiques (cours, ateliers, rencontres…) comme (liste non exhaustive) :

  • L’écriture de recettes avec les aromatiques du jardin : traitement de texte niveau 1
  • La recherches sur le Web sur des sujets liés au jardin (variétés de plantes et fleurs, modes de culture, lombricompostage…) : surfer sur le Web niveau 1 et 2
  • L’inventaire et la gestion des espèces plantées : tableur niveau 1
  • La présentation du jardin sous forme de diaporama : Impress et Powerpoint
  • La photographie des plantes : ateliers gestion et retouche des images, traitement de texte niveau 2
  • Des rencontres et des conférences sur des sujets : café Jardin de la Main Verte
  • Des ateliers de jardinage tous publics : adultes, enfants, ados
  • Des ateliers de construction et de bricolages : construction des tables de culture, construction de murs végétaux, construction de petit mobilier, etc

A la fin, il sera bien difficile de dire si le jardin est dans l’informatique ou si l’informatique est dans le jardin. C’est cette ambiguïté que nous souhaitons créer afin de redonner des droits au végétal si malmené ces trois derniers siècles par nos sociétés voraces qui considèrent ce règne comme un bien meuble (sic).

Des jardins dans le jardin

Un jardin est souvent composé de différents lieux, aménagés en fonction de plusieurs facteurs : le sol, le relief, l’ensoleillement, l’environnement urbain… Nous proposons de planter différents types de plantes et d’espèces :

  • des espèces aromatiques ;
  • des espèces potagères de petite taille, nécessitant peu de substrat ;
  • des plantes succulentes (plantes grasses) dans un jardin de rocaille et dans un jardin de sable ;
  • des fleurs ;
  • des espèces ornementales.

La provenance des plantes

Les plantes que nous mettrons dans notre jardin seront en très grande partie d’origine biologique.

Les plantes semées

Pour les semences, nous nous fournirons chez des semenciers de qualité tels que : l’association Kokopelli et la Ferme de Sainte Marthe. Les achats se feront par correspondance.

Les dons de plantes et de graines

Dans nos divers fournisseurs il y aura tout naturellement des personnes qui participent ou participeront au projet de manière suivie, occasionnelle et ponctuelle. Des personnes extérieures, comme ce fut le cas avec Loïc en décembre qui nous avait donné trois plants de feijoas (goyaviers du Brésil).
Plus majoritairement, certains de nos usagers et bénévoles – soyons honnêtes certaines de nos usagères et bénévoles femmes – nous ont déjà proposé ou apporté des plants.

Par exemple, Élise nous a donné 4 petits plants d’arroche et un plant de claytone.

arroche

Monique nous a donné un plant de persil.

Persil

Quelqu’un nous a apporté des boutures de plantes grasses que nous avons finalement identifiées (merci Danièle). Il s’agit de crassula ovata. Mais le mystère reste entier sur le/la généreux donateur.

plantes-grasses

Nous pratiquerons, comme dans tous les jardins collectifs, des échanges de graines, de boutures et de plants.

La collecte

Les jardiniers sont souvent des collecteurs nés. Au gré des balades et des chemins, il arrive d’herboriser et de récolter des graines et des boutures. C’est une des plus belles façons de nourrir un jardin. Le nôtre aura, sans aucun doute, la chance de connaître ce type de métissage.

Les sauvetages de plantes

L’autre type de « fournisseur », à ne surtout pas minimiser, c’est la rue. Depuis que nous préparons ce jardin, nous avons, au fil des mois, récupéré des plantes çà et là, selon nos pérégrinations urbaines. Nous avons ainsi pu sauver de la benne ou de l’incinérateur : un lierre et une orchidée (oncydium).*

lierre

Un yucca très mal en point est en soins palliatifs depuis quatre moi environ. Pour l’instant, son état est stationnaire, c’est-à-dire plutôt… végétatif ! Espérons qu’il sortira un jour de son coma.

Le matériel, les accessoires et les substrats

Qui dit jardin dit matériel et accessoires : pots, bacs et jardinières, soucoupes de récupération de l’eau, godets pour les semis, plantoirs, griffes, vaporisateurs, arrosoirs… la liste est longue.

Parmi les accessoires dont nous disposons déjà, nous avons :

  • 4 plantoirs
  • 1 griffe
  • 1 mini binette
  • une centaine de caisses en bois qui serviront de bacs et d’éléments de la structure
  • une bonne réserve de pots (en plastique, en terre, en métal), de bacs et de jardinières

La majeure partie de ce matériel provient de trouvailles et de récupérations diverses.

La question des matières premières qui formeront les substrats de nos plantes est cruciale. Nous aurons besoin de terre végétale, de terreau, de sable, de graviers, mais aussi de compost.

Pour le moment, nous possédons :

  • 2 sacs de terreau
  • 2 sacs de 25kg de sable
  • 2 sacs de 25kg de gravier calcaire

Nous devrons encore faire preuve d’imagination pour nous procurer de la terre végétale. Nous attendons vos idées, vos moyens de transport et vos bras, bien sûr !!

Nous fabriquerons également notre composteur qui accueillera une population de lombrics. Ces gentils auxiliaires nous aideront à obtenir du lombricompost que nous pourrons donner à nos plantes sous forme d’une sorte de tourbe et d’un jus qu’on nomme joliment « lombrithé », car le breuvage a une couleur proche de celle du thé ! Nous avons presque tous les éléments pour nous fabriquer, dans les règles de l’art, un composteur d’intérieur. Ce sera l’objet d’un prochain atelier bricolage. Qu’on se le dise ;-)

Le fonctionnement du jardin

Le jardin est ouvert à tous les usagers du Relais 59 et de l’@nnexe (actuels et nouveaux).

Chacun pourra participer au jardin et contribuer selon ses envies, ses disponibilités, ses moyens, sa sensibilité.

Nourriture à partager - Incroyables comestibles

Toutes les plantes seront mises en commun. Il n’y aura pas de notion de parcelles ni de plantes attitrées. Tous les végétaux plantés seront à la disposition de tout le monde. Les plantes comestibles pourront être prélevées librement, à condition de les couper raisonnablement et avec soin afin de ne pas les mettre en péril.

Nous nous inscrivons de ce fait dans une philosophie similaire à celle du mouvement incredible edible « incroyables comestibles » initié à Todmorden en Angleterre et présent aujourd’hui dans de nombreux pays.

Les tâches à venir

Parmi les tâches qui nous attendent dans les prochaines semaine, on peut retenir :

  • Mise en forme de l’espace : agencement des caisses pour générer des bacs de culture
  • Retrait des agrafes présentes sur les caisses
  • Perçage des fonds des caisses
  • Peinture : colorer les bacs
  • Nettoyage des bacs/pots récupérés pour éviter la transmission de maladies
  • Recherche de terre végétale
  • Mélange des matières : terre/terreau/sable… dans les bacs
  • Installation des bacs selon l’architecture retenue
  • Premiers semis et repiquages
  • Réflexions sur le nom à donner au jardin
  • Inauguration du jardin

Nous avons d’abord évoqué la nécessité de faire des plans pour l’aménagement de l’espace avec les caisses de bois. Nous avons d’ailleurs souligné l’intérêt de créer des ruptures de rythme pour que l’espace soit plus agréable. C’est-à-dire créer des niveaux différents, des creux et des pleins, des agencements horizontaux et verticaux.

L’idée du plan a été vite contredite lorsque nous avons commencé à tester des modules pour la structure à venir. C’est en faisant que nous trouverons la solution la plus adéquate et la plus esthétique.

Les ressources sur le jardinage et les plantes

pearltrees

Le Web est plein de très belles choses dans ce domaine. Il suffit d’être curieux et de penser aux bons mots-clés. Parmi les bonnes pistes de recherches, une plate-forme de social bookmarking (un réseau social où l’on collecte et où l’on échange des liens par thèmes) existe : Pearltrees (« l’arbre à perles en français »). On reste donc dans la métaphore végétale et dans une logique et une présentation fortement arborescente. Le but est de collectionner des liens (les perles) et d’en faire des arbres (les pearltrees). Le côté chouette de ce réseau social c’est qu’on peut facilement et très rapidement s’ouvrir des horizons dans différents domaines et ainsi découvrir des sites incroyables. Pour commencer, il est possible d’aller sur mon Pearltrees personnel. A terme, nous en créerons un spécifique à notre jardincroyable où nous mettrons de nombreuses références sur les plantes, les semences, les modes de cultures, les conseils de fabrication, etc.

Les prochains rendez-vous

Mercredi 1er mai : repas collaboratif et agencement des caisses. Rendez-vous à 13h30 . Chacun apporte de quoi partager un repas. Danièle fait un dessert, Sadrack apporte de quoi boire et faire un apéro, Yann fait une pizza et Gnalen complétera.

Les prochaines réunions de présentation du projet

D’autres réunions de présentation/travail sont prévues afin de donner à un maximum de personnes les informations de départ et la possibilité de participer :

  • Lundi 6 mai à 18h
  • Mercredi 15 mai à 10h

Le rendez-vous est fixé à l’@nnexe. Il est donc toujours possible de venir jardiner avec nous, en remplissant notre petit formulaire présent dans l’article « bientôt un jardin à l’@nnexe« .

6 Commentaires

Classé dans La vie de l'EPN, Le jardincroyable