Archives de Tag: médiation numérique

Le médiateur numérique aura bientôt son statut

médiateur numérique

Le médiateur numérique, un métier crossover – Image : http://www.artwallpaperhi.com/

C’est peu le dire, il se passe plein de choses dans le petit-grand monde du numérique. Cette fois, cela nous concerne de très près, nous les EPN. En effet, dans le projet de de loi sur le Numérique que les députés et les sénateurs examineront et voteront au deuxième trimestre prochain, une part est consacrée à ce que nous nommons depuis quelques années déjà la médiation numérique.

Finie la fracture numérique et place à l’inclusion, la médiation et la littératie numériques. Finis les animateurs multimédias et les coordinateurs d’EPN, faites entrer les médiateurs numériques !

Mercredi 14 janvier dernier, un débat sans vote à l’Assemblée nationale avait été mené sur la « stratégie numérique de la France ». Le lendemain, Axelle Lemaire, secrétaire d’État chargée du Numérique, faisait un discours d’une quinzaine de minutes intitulé « Construire ensemble la République numérique » dans lequel elle annonçait les intentions du gouvernement pour son projet de loi.

Un(e) statut pour les médiateurs numériques ?

Parmi les mesures que prévoit la loi, la création d’un statut pour les médiateurs numériques est une bonne nouvelle pour notre profession qui manque cruellement de structuration et de reconnaissance.

Voici comment, en 13 secondes, Axelle Lemaire présente la chose dans son discours du 15 janvier à l’Assemblée :

Il faut reconnaître un statut à ce métier de médiateur numérique qui est essentiel dans les territoires, dans les espaces de rencontres pour permettre la diffusion des usages et l’inclusion de tous (Axelle Lemaire, 15 janvier 2015, discours à l’Assemblée, « Construire ensemble la République numérique » – 15:17-15:30).

Au-delà de cette annonce, cela signifie que des conseillers planchent sur un article spécifique destiné à définir :

  • Les missions et les niveaux d’intervention d’un médiateur numérique
  • Les profils de postes
  • Les référentiels de compétences et de formation (aptitudes générales, aptitudes techniques et de formation)

Une fois le statut établi, l’exercice de l’action du médiateur numérique sera soumis à la délivrance d’un agrément. Le niveau de diplôme requis sera de l’ordre du master 1 (bac+4).

Une chance à saisir pour les salariés et futurs salariés

C’est un premier pas vers une reconnaissance pour le travail que nous effectuons depuis bien longtemps (environ vingt ans pour les plus anciens) auprès des citoyen(ne)s de tous âges et de toutes conditions. Espérons que les médiateurs-trices numériques actuel(le)s et futur(e)s sauront se saisir de cette opportunité pour s’organiser et structurer au mieux leur profession en créant des instances représentatives capables d’assurer, sur le plan national, la défense des intérêts matériels et moraux de leurs membres. A quand par exemple une convention collective adaptée à notre métier ? A nous de montrer notre capacité à nous unir et à agir collectivement ailleurs que sur les réseaux sociaux.

Poster un commentaire

Classé dans Actu des TIC

Espaces Publics Numériques (EPN) à Paris

Accéder et/ou se former à l’informatique et à l’Internet à Paris

Il existe à Paris plusieurs lieux pour :

  1. Accéder simplement à Internet et à d’autres outils informatiques (espaces multimédias, bibliothèques, médiathèques, antennes jeunes, associations de quartier, MDEE, etc.). Ces accès sont généralement gratuits
  2. Accéder à Internet et prendre des cours d’informatique et d’Internet

Dans la liste ci-dessous, les structures parisiennes qui ont reçu le label Netpublic et PARVI Ville Numérique sont des Espaces Publics Numériques (EPN). Ils sont indiquées en gras. Ces espaces sont habilités à faire de l’inclusion et de la médiation numérique auprès des publics qui rencontrent des difficultés avec les outils numériques à travers des cours et des ateliers adaptés.

Commune CP Fiche descriptive Téléphone
PARIS 75001 Centre d’animation des Halles Le Marais 0140281848
PARIS 75001 Centre d’études et d’action sociale et culturelle 0142612774
PARIS 75001 Cyberespace de l’Agora – Association Emmaüs 0155347484
PARIS 75001 PIJ CIEJ – Centre d’initiatives pour l’Emploi des Jeunes 0140397000
PARIS 75001 Centre d’hébergement Louvre – Laumière – Association Emmaüs 01 42 39 33 84
PARIS 75002 Centre Social La Clairiere 01 42 36 82 46
PARIS 75002 Fraternité Numérique 0183620380
PARIS 75003 AVANTIC – EPN du 3e 01 53 01 85 60
PARIS 75004 ST-Merri /renard/Cours municipaux d’Adultes 0144827261
PARIS 75005 Cyber Emploi 5e 0140519616
PARIS 75006 Antenne Bourdonnais 0143541658
PARIS 75009 Alternord 0153161482
PARIS 75009 FREPAM 0699931451
PARIS 75009 Cyber Spirale Egénération 0148743002
PARIS 75010 Le kiosque – Association Emmaüs 01 76 62 12 47
PARIS 75010 CHRS LANCRY- Association Emmaüs 01 42 40 05 13
PARIS 75010 Cercle amical MEDEM 0624396434
PARIS 75010 Bichat – Association Emmaüs 01 40 18 04 41 / 04 16
PARIS 75011 CYBER EMPLOI CENTRE 0158393600
PARIS 75011 Ars Longa 0143554771
PARIS 75011 EPN Centre social Le Picoulet 01 48 06 70 31
PARIS 75011 EPN AGECA 01 43 70 35 67
PARIS 75011 Centre d Animation MJC-PIJ 0143792554
PARIS 75012 Ecole DAUMESNIL/Cours Municipaux d’Adultes 0144827261
PARIS 75012 EPN L’@nnexe du centre social Relais 59 09 53 21 27 82
PARIS 75013 Maison du 13 – Association Emmaüs 01 77 37 12 30
PARIS 75013 ACTISCE – Centre d’animation Daviel 0145890599
PARIS 75013 Le rond-point Baudricourt 0153610593
PARIS 75019 Access-Site
PARIS 75013 EPN Espace 13.- Les Olympiades 01 45 70 75 32
PARIS 75014 Maison du développement économique et de l’emploi du 14e 0156542960
PARIS 75014 LOREM – Porte de Vanves 01 45 43 18 57
PARIS 75014 Maison des compagnons Ledion – Association Emmaüs 01 45 41 20 90
PARIS 75014 Observatoire – Association Emmaüs 01 77 37 26 56 / 26 57 /
PARIS 75014 Centre d’hébergement Aude Georges Dunand – Association Emmaüs 01 43 22 53 97
PARIS 75014 Centre d’animation Vercingétorix 0156535353
PARIS 75015 ESI – Familles Association Emmaüs 01 44 19 85 79 / 83 12
PARIS 75015 Emmaus Cyber espace 01 40 59 41 76
PARIS 75015 CIDJ-CIJ 0144491200
PARIS 75015 Centre d’animation Sohane 0145386828
PARIS 75015 Centre animation Brancion 0145331500
PARIS 75017 Bibliothèque Edmond Rostand 0148880717
PARIS 75017 Cyber Emploi 17e 0153069316
PARIS 75017 EPN du centre social CEFIA 01 42 63 23 45
PARIS 75018 EPN du centre social Torcy 01 40 38 67 00
PARIS 75018 E-génération 0142524678
PARIS 75018 Maisons des compagnons clignancourt – Association Emmaüs 01 53 41 04 01
PARIS 75018 Maison du développement économique et de l’emploi du 18ème arrondissement 0155791375
PARIS 75018 Espace Emploi Dimey – Association Emmaüs 01 42 63 00 98
PARIS 75018 Centre d’hébergement la chapelle – Association Emmaüs 01 53 26 77 53
PARIS 75018 La Goutte d’Ordinateur 01 42 51 03 61
PARIS 75019 Les Jardins Numériques 0628067401
PARIS 75019 Espace 19 Multimédia du centre social Espace 19 01 40 38 12 47
PARIS 75019 EPN 28 du centre social Belleville 01 42 00 25 84
PARIS 75019 CAEM A Fleur de Peau 0142003800
PARIS 75019 Cité des Sciences et de l’Industrie / carrefour numérique 0140058300
PARIS 75019 Atelier des Réseaux 01 40 37 11 69
PARIS 75020 Microlithe (association fermée en septembre 2014) 0146367013
PARIS 75020 Confluences 0140241634
PARIS 75020 EPN Relais Ménilmontant 01 47 97 62 81
PARIS 75020 Club activités numériques E-SENIORS 0140334926
PARIS 75020 Espace de socialisation EMERGENCE 0147970433
PARIS 75020 Centre d’hébergement Pyrénées 2 – Association Emmaüs 01 40 33 29 43
PARIS 75020 Centre d’hébergement Pyrénées 1 – Association Emmaüs 01 40 33 03 17
PARIS 75020 EPN Porte de Montreuil Ludo Tech 01 40 09 26 97

3 Commentaires

Classé dans EPN en Ile-de-France

Préparer les Assises de la médiation numérique

bando

Trois mois pour se manifester

Hier, c’était le dernier jour pour apporter ses contributions et réflexions sur la plate-forme dédiée en vue de la préparation des Assises du Numérique qui se tiendront les 16 et 17 octobre à Bordeaux.

La consultation lancée le 9 juillet dernier par Axelle Lemaire la nouvelle Secrétaire d’État au numérique a duré trois mois (lire le communiqué de presse). Nous avions donc trois mois pour nous manifester et faire entendre notre voix, nous, les EPN, les plus anciens artisans de l’inclusion et de la médiation numérique.

Pas facile néanmoins de réagir quand on est sur le terrain, toujours mobilisés. Le temps du recul manque cruellement. Nous avons quand même réagi au petit matin du dernier jour en publiant trois réflexions dans la catégorie « Enjeux » que nous reproduisons ci-après.

Pendant ces trois mois, les contributions n’ont pas été si nombreuses puisque la consultation était nationale. Les choses se sont grandement accélérées dans les derniers jours. Dans ce finish, nos amis d’ARSENIC ont choisi de sortir l’artillerie lourde en postant des textes fleuves, histoire d’occuper l’écran, d’obtenir du référencement et de peser dans la balance. Ils font leur boulot de tête de réseau et ils le font bien.

Les EPN parisiens font-ils réseau ?

Dans ce concert, les EPN parisiens qui n’ont pas de réseau organisé ne pèsent rien. J’aimerais bien savoir combien d’EPN à Paris ont fourni des réflexions dans cette consultation d’avant Grand Messe. Pour ma part, je ne souhaitais pas remettre du bruit dans le flot de réflexions ni ajouter des doublons. J’ai tenté de rester concis et d’apporter un témoignage, avec le temps qui m’était imparti entre 6h et 6h30 du matin avant de préparer le petit déjeuner des enfants !
Ça vaut ce que ça vaut, mais ça a le mérite d’exister.

Si vous souhaitez réagir, compléter, en apportant vos propres contributions, pour faire vivre le débat et faire en sorte qu’à l’avenir nous consolidions notre réseau, n’hésitez pas, l’espace est ouvert. Merci d’avance.

Nos réflexions pour les Assises nationales de la médiation numérique de Bordeau

Rapprocher le numérique et le travail social

Le numérique a pénétré peu ou prou tous les domaines de la société. Dans certains secteurs, comme le travail social, son entrée est encore timide voire confidentielle. Il est indispensable de créer une dynamique entre les médiateurs numériques, les travailleurs sociaux (certains médiateurs  en font partie) et d’autres professionnels impliqués dans le champ numérique : développeurs/programmeurs, roboticiens, ergonomes, designers, etc. Ce rapprochement (souvent perçu comme le mariage de la carpe et du lapin) aura pour but d’inventer des outils et des objets capables de servir le travail social et l’utilisateur final. Cette dynamique se construit dans la silver economy, elle doit se faire aussi dans le domaine de l’accompagnement social : insertion des jeunes et des adultes, grande précarité, prévention…

Assurer un service public de protection des données personnelles

En priorité pour les publics les plus vulnérables (mais pas uniquement), il serait bon que notre État, en lien avec d’autres états européens, travaille à une offre de services basiques (système d’exploitation, moteur de recherche, e-mail, cloud, coffres-forts numériques, etc.) permettant à leurs citoyens de choisir des solutions neutres, non impliquées dans le Big Data et l’utilisation des données personnelles. Ce droit à la non divulgation des données personnelles à des tiers (généralement commerciaux) doit être mis en avant et respecté.

Nos structures de médiation numérique peinent à proposer aux personnes qu’elles forment des outils non commerciaux. Il est grand temps de pouvoir faire un vrai choix de son webmail, véritable cheval de Troie de nombreux services en ligne « gratuits » où nos données personnelles sont la monnaie d’échange.

Garantir un avenir aux animateurs numériques

Les acteurs de la médiation numérique (animateurs, coordinateurs, médiateurs) exerçant dans des structures municipales et associatives n’ont pas de réelles perspectives d’évolution professionnelle et n’ont, bien souvent, accès à aucune formation.

La fiche métier intitulée « Animateur(trice) multimédia » présente sur le Portail de l’Emploi dans l’ESS illustre cette carence :

« le type d’emploi concerné est trop récent pour que les évolutions, dans et hors du poste (hormis une évolution de type hiérarchique, d’animateur(trice) à responsable de structure), puissent être clairement perçues ».

Ce handicap est fréquemment « associé » à une situation de précarité (contrat aidé, CDD, bénévolat) qui rend leur poste fragile voire caduc. Le manque de formation continue reste des plus problématiques, car le métier est confronté à la profusion des outils et des technologies et à leur rapide évolution.

Les initiatives de la DUI visant à structurer des métiers à travers des référentiels vont dans le bon sens. Il faut les poursuivre et les encourager.
Un effort particulier devrait être fourni pour aider ces acteurs (généralement très isolés) à s’organiser et à se fédérer : création de syndicats professionnels, de think tanks, d’événements collectifs, de journées professionnelles (liste non exhaustive).

Il faudrait aussi les rattacher à des conventions collectives autres que celles de l’animation socioculturelle. L’idéal serait d’en créer une qui soit propre aux métiers de la médiation numérique.

Le but final est bel et bien de consolider et de pérenniser ces emplois pour donner un avenir à ces personnels situés aux premières loges de l’e-inclusion.

2 Commentaires

Classé dans Actu des TIC

† Microlithe est morte. A qui le tour ?

microlithe

Le sort de Microlithe est désormais scellé. Pétrifiée l’association de quartier. A pu. Finie. Effacée du paysage parisien. En seize années de bons et loyaux services à Belleville et dans le 20e, la petite pierre avait pourtant bien roulé sa bosse.

La rumeur courait qu’ils avaient des difficultés et qu’ils allaient mettre la clé sous la porte. On en parlait depuis un bon moment. La rumeur… Qui m’en avait parlé d’ailleurs ? Impossible de me rappeler. La rumeur quoi. J’y pense et puis j’oublie.

Bizarrement, le truc me revient à l’esprit en septembre et c’est là que j’attrape mon téléphone. 01 46 36 70 13.  Je laisse sonner. J’attends. J’attends. A la 7e salve, une jeune voix féminine m’accueille :

Bonjour,
Vous êtes bien sur le répondeur de Microlithe. Après seize ans d’existence, l’association a définitivement fermé ses portes.

Ma gorge se serre et ça me descend sur le ventre.

Pour plus d’informations, nous vous invitons à communiquer vos demandes par mail à l’adresse contact@microlithe.fr. Au revoir.

Et là une autre voix féminine, bizarrement plus familière qui me redonne un peu d’allant :

Après votre message vous pourrez le modifier en tapant dièse.

Je reste comme un flan, incapable de dire quoi que ce soit. Je chope mon navigateur et j’envoie www.microlithe.fr. Rien n’indique le naufrage. Sur la page d’accueil, la mention « A propos de Microlithe » me retient. Je vais avoir des précisions, on va tout m’expliquer :

En tant que structure de quartier, Microlithe a su tisser des liens avec des partenaires références dans le domaine social et de l’insertion (centres sociaux, réseau d’éducation spécialisée, associations locales). Lire la suite

Ah, je vais savoir la suite, je vais tout comprendre ! Mais rien, pas de suite, pas de droit de réponse, pas de précisions. Aucun récit de ce que j’imagine avoir été une lente agonie. « Page 1 sur 2 ». Ouf, j’ai pas assez lu, c’est donc en page 2 que je vais comprendre le fond de l’affaire. Je clique sur « Suivant ». Rien. Ou plutôt si : les horaires d’ouverture (sept jours par semaine, sic), l’adresse, le téléphone. Tout ce qu’il faut pour s’y rendre, comme au bon vieux temps.

La rumeur était donc fondée. Je trouve alors leur page Facebook, moi qui ne suis pas Facebook pour un sou. Je lis :

L’ASSOCIATION MICROLITHE NE DOIT PAS DISPARAÎTRE !
Après 15 ans d’existence l’association Microlithe est menacée de fermeture.

La date : 21 novembre 2013. J’apprends dans ce billet qu’une pétition existait en ligne, comme pour le Relais Ménilmontant quelques temps auparavant. Je n’avais pas eu cette information. J’ai honte. J’aurais pu relayer. En parler autour de moi, auprès des confrères, des consœurs, oh oh, ce serait le bonheur… Désolé, c’est les nerfs.

In memoriam

– Je n’y étais malheureusement pas allé souvent à Microlithe. L’accueil et le lieu étaient toujours chaleureux.

– Je me souviens du côté cosy, des tableaux aux murs et des efforts de déco pour que le lieu soit un petit nid de quartier

– Je me souviens de l’ambiance arcade et des écrans encastrés

– Je me souviens des chouettes trucs qu’ils faisaient avec les enfants

– Je me souviens de la discrétion et de la douceur de Denis, le coordinateur de l’EPN

– Je me souviens du courage des dirigeants qui régulièrement engageaient leurs fonds propres pour maintenir à flot l’association

Temps mort.

A quand le prochain ?

Les EPN deviendront-ils un vague souvenir dans l’esprit des Parisien-nes ? Depuis quelques années, leur liste fond comme neige au soleil. Ils étaient vingt en 2007, quand je suis entré au Relais 59. A cette époque, une coordination des EPN existait encore. En 2014, il en reste seize (20% de moins) et la coordination n’est plus.

Cette diminution épouse le mouvement national : de très nombreux EPN ont été rayés de la carte de France ces dernières années. La fracture numérique aurait-elle disparu ? Non, bien sûr. Mais, c’est bien normal, elle évolue. La nécessité de faire de la médiation numérique est toujours d’actualité. C’est notre devoir à nous EPN, notre mission. Nous nous y attelons tous les jours.

Lors de sa participation aux Assises nationale de la médiation numérique, la nouvelle secrétaire d’État chargée du numérique, Axelle Lemaire, semble confirmer ce besoin et entend créer un label. Un label de plus ? Gageons que non.

Et le réseau alors ?

Dans ce processus de disparition, quelle est notre part de responsabilité à nous autres du réseau parisien qui continuons à ne pas faire réseau ?

Le trépas de Microlithe relance à nouveau la question de notre capacité à nous regrouper, à faire des choses ensemble. A être visibles sur l’ensemble du territoire parisien. A faire comprendre au grand public qui nous sommes, le travail que nous faisons au quotidien et l’aide que nous pouvons lui apporter.

Comment faire pour mieux se faire connaître ? Comment montrer la richesse de nos activités, la diversité de nos publics, l’utilité sociale et professionnelle de nos structures ? Question lancinante. Serpent de mer.

Fin 2007, lorsque j’ai pris mes fonctions de coordinateur de ce qui n’était pas encore l’@nnexe, j’avais créé un site sous SPIP pour que tous les EPN puissent publier leurs infos, se rendre visibles. Rappelons qu’à cette époque une grande majorité d’entre eux n’avait pas de site propre.

J’avais lancé l’annonce auprès de mes homologues. Pas de réponses, malgré les réunions de coordination que nous avions plusieurs fois dans l’année. J’ai vite compris que ce n’était pas une priorité pour eux et qu’ils étaient trop occupés ou ne se sentaient pas concernés. J’en avais fait mon deuil.

Sept ans après, tel un zombie, je remets le couvert. Je relance l’annonce à mes confrères et consœurs, car la situation me paraît encore plus urgente. Je remonte un site et j’appelle tout le monde à y insérer des informations sur leur structure et leurs activités. Si le silence est de mise, tant pis. Je l’alimenterai seul. Il faudra bien qu’un jour on nous voit et qu’on sorte tôt ou tard la tête de nos guidons pour former un vrai peloton de tête et pas d’exécution !

1 commentaire

Classé dans Le coin des partenaires