Archives de Tag: Paris 12e

Ateliers robotique et électronique jeunes et adultes

Ateliers Robotique Paris

Le Fabulab de l’@nnexe présente :

Des ateliers Arduino à Paris 12e

Depuis la mi-novembre 2014 ont lieu à l’@nnexe des ateliers Arduino (robotique et électronique) pour les jeunes et les adultes parisien-nes.

Ces ateliers s’articulent en sessions de 10 séances.

Pourquoi ces ateliers ?

Les objets électroniques sont partout dans notre quotidien : à la maison, au bureau, dans la voiture,  dans les lieux publics… Depuis quelques années, ils sont toujours plus connectés à l’Internet.

Comprendre et maîtriser ces objets devient indispensable comme savoir lire, écrire et compter. En connaissant leur fonctionnement et en en fabricant de nouveaux, on peut plus facilement les maîtriser.

Pour les jeunes et les adultes

Les ateliers sont ouverts à tous les jeunes et adultes parisiennes et parisiens à partir de 12 ans. Nous pouvons accueillir 6 personnes maximum par groupe.

Cet atelier où nous mettons en avant la création et l’apprentissage collectifs est une bonne occasion de s’appuyer sur les complémentarités entre les générations. En tant que centre social, nous aimons créer ces moments d’échanges et de convivialité inter-âges.

A l’@nnexe (Paris 12e)

Les ateliers ont lieu chez nous à l’@nnexe – Espace Numérique du Relais 59 (Paris 12e)

Plan pour venir à l'@nnexe

Animé par Jean-Marc

Ateliers robotique enfants, jeunes et adultes à Paris

Jeunes ados, ados, jeunes adultes et retraités. Tout le monde peut faire ses premières armes avec les composants électroniques et s’initier à leur programmation.

Jean-Marc, l’animateur responsable de l’atelier, est un professionnel de l’électronique passionné ! Il aime transmettre sa passion et a hâte de constituer un groupe d’amateurs-trices tout aussi mordu-es.

Pour quoi faire ?

Ces ateliers sont avant tout ludiques. Ils passent par un maximum de manipulations et d’expérimentations destinées à se familiariser avec les différents composants électroniques et les microcontrôleurs Arduino. Chaque acquis est exploité dans la fabrication d’objets de plus en plus complexes et de plus en plus intelligents.

Le but est donc de :

  • Bidouiller des circuits imprimés et des cartes informatiques pour identifier et récupérer des éléments fonctionnels
  • Comprendre les différents composants, leur fonctionnement, leur utilisation…
  • Imaginer et fabriquer des objets avec des composants et des microcontrôleurs Arduino
  • Programmer les objets créés pour les rendre interactifs et « intelligents »
  • Apprendre les bases de l’électronique et de la programmation des microcontrôleurs Arduino
  • S’amuser en menant toutes ces activités

Calendrier des ateliers

Une session d’ateliers est composée de 10 séances de 2h.

Deux groupes le mercredi après-midi, au choix :

Les personnes qui s’inscriront aux ateliers pourront choisir leur groupe du mercredi après-midi :

  • Groupe 1 : 14h à 16h
  • Groupe 2 : 17h à 19h

Inscriptions

cartouche-ateliers-complets-02

Pour plus d’infos : contactez-nous en laissant un commentaire en bas de cet article.

Capacité des ateliers : de 3 à 6 participants par groupe

Tarifs

1 cotisation de 20 euros à l’année scolaire + 1 participation variant en fonction des ressources d’un foyer, de 2€ à 10€ la séance, selon les revenus nets mensuels d’un foyer.

Matériel

Pour participer aux ateliers, il n’est pas nécessaire de s’équiper, mais c’est vivement conseillé ! Car le but est de pratiquer chez soi ce qu’on a appris et expérimenté pendant les ateleirs. Nous conseillons donc un « trousseau minimum » en petit matériel électronique et Arduino.

Pour se le procurer, il existe, à proximité, des magasins spécialisés et notamment Selectronic à Nation que nous apprécions particulièrement.

Poster un commentaire

Classé dans La vie de l'EPN

#NotreBudget : tutoriel « idee.paris pour les Nuls » – épisode 2 : Je m’informe sur les projets

madame la maire j'ai une idée

Plan du tutoriel (Partie 1)

PDF

Télécharger la partie 1 du Tutoriel « Je m’informe sur les projets »

1. Je m’informe sur le principe du budget participatif

co-construisonsPour connaître le principe et le pourquoi du comment du budget participatif, rien de tel que de donner la parole à la maire de Paris elle-même (« Co-construisons Paris », cliquer pour agrandir l’image) :

lettre-Hidalgo

1.2 Je m’informe sur les propositions des Parisien-nes

Avant de passer à l’action, il est souvent bon de prendre la température et de voir ce que les autres ont déjà proposé. Cela permet aux participants de vos ateliers de se familiariser avec :

  • Le repérage et la lecture à l’écran
  • La navigation dans un site (compréhension de l’interface, identification des rubriques et des liens…)
  • Le maniement de listes déroulantes et le principe des filtres dans une recherche avancée
  • Le principe d’une inscription (voir la section 2.4 Je me lance et je propose un projet !)

Pour s’informer sur les milliers de projets déjà proposés sur idee.paris, il faut faire preuve de MÉTHODE… et de courage ! On est là pour vous guider et vous éviter une dépense nerveuse inutile ;-)

Cap sur : Vos idées > (bouton noir indiquant les n propositions > descendre dans la page jusqu’au champ « Rechercher » et repérer la ligne TRES DISCRETE « Recherche avancée » (cliquer pour agrandir l’image) :

idee.paris : Voir les propositions des habitants

Sans passer par la recherche avancée, l’internaute a très peu de moyens pour se repérer facilement dans les nombreuses propositions existantes. Il est donc presque inutile de passer par le simple champ de recherche situé en haut de l’interface et réintroduit au milieu de la page « Budget Participatif »

idee.paris Bouton connexion et champ de recherche

Champ de recherche en haut de l’interface (à éviter!)

Idee.paris champ rechercher

Champ de recherche au milieu de la page « Budget Participatif »

Une fois la zone « recherche avancée » repérée, un simple clic fait apparaître une séries de champs permettant de faire des choix selon 5 critères : par localisation, par thématique, par statut de la proposition, par type de contributeur, par date.

Localisation Thématiques Type de contributeur
Toutes = tous les arrondissements Toutes Tous
ou choisir un arrdt parmi les 20 arrdt Autre Habitant
Statut Cadre de vie Conseil de quartier
Tous Culture Entreprise
Nouveau Économie et emploi Association
En discussion Éducation et jeunesse Collectif autre
Discussion en atelier Environnement
A l’étude Logement et habitat
Non retenu Participation citoyenne
Soumis au vote Prévention et sécurité
Soumis à l’arbitrage Propreté
Retenu Solidarité
Depuis le Sport
On choisit une date dans un calendrier Transport et mobilité
Ville intelligente et numérique

Ce qui se traduit dans l’interface de la façon suivante (cliquer pour agrandir l’image) :

idee.paris champs recherche

Détail de chaque critère de recherche :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Terminer sa recherche en cliquant sur le bouton :

idee.paris bouton-rechercher

En ne passant pas par une recherche avancée, voici ce qui risque d’arriver (cliquer pour agrandir l’image) :

2544-resultats

En sélectionnant un ou plusieurs critères, les résultats obtenus deviennent plus humainement traitables ! Recherchons par exemples les propositions faites dans le 16e arrondissement (cliquer pour agrandir l’image) :

resultat-16e-arrdt

36 résultats c’est beaucoup plus raisonnable, non ? A vous donc de choisir vos critères et, le cas échéant, de les croiser.

Dans les résultats obtenus, le site vous propose 2 séries de 4 résultats (8 en tout).

Pensez à cliquer sur le bouton « Voir plus de propositions » :

plus-propositions

1.3 Je m’informe sur les ateliers collectifs proposés à Paris

idee.paris - Budget participatif -où participerVous savez maintenant rechercher parmi les propositions faites par les habitant-es. Si vous souhaitez maintenant quitter votre écran pour obtenir un coup de main sur l’utilisation du site, vous pouvez consulter les lieux à Paris (Maisons des Associations, associations, mairies, etc.) qui proposent des ateliers gratuits.

Direction : « Où participer ? »

C’est donc une carte qui va vous servir d’agenda ! Pas toujours facile à appréhender pour un-e utilisateur-trice qui débute… Classiquement, on s’attendrait à voir un calendrier. Ici, la logique est de partir du lieu où se font les ateliers et ensuite de connaître leur(s) date(s).

Écartons d’emblée les boutons :

  • « S’abonner » qui renvoie à un compte Gmail : seuls les initiés comprendront et les libristes pleureront !
  • Ajouter un événement : inutile pour un-e habitant-e qui souhaite seulement consulter et qui n’organisera pas un atelier !
  • La liste « Les sujets du moment » n’indiquent que le budget participatif : on était déjà au courant ! Cette fonctionnalités aura un intérêt lorsque la Ville de Paris lancera d’autres actions sur idee.paris. Patience…

Le champ « rechercher » a un intérêt très sommaire, à part taper des mots-clés qui filtreront l’information, mais il vaut mieux descendre dans la page pour obtenir la liste des ateliers à venir (voir plus bas).

Budget participatif -Agenda

Cliquer pour agrandit l’image

Apprenons plutôt à nos participants à se déplacer dans une carte :

Pour connaître les ateliers programmés à Paris, dépassons la carte en descendant avec l’ascenseur de la page (ou avec la molette de la souris).

Les périodes sont classées comme suit : Aujourd’hui / Demain / Cette semaine

Il suffit de cliquer sur un des ateliers pour obtenir le détail (jours, horaires, conditions, etc.) :

Ateliers budget participatif programmés à l'@nnexe (Paris 12e)

Suite au prochain numéro

A bientôt pour la fin de ce tutoriel : Partie 2 « Je passe à l’action et je participe ! »

Poster un commentaire

Classé dans Mémos et tutos

Dépistage du VIH sur la place Henri Frenay

En partenariat avec la mairie du 12e, l’association AIDES se rend désormais tous les derniers mardi de chaque mois (et plus souvent pendant l’été) sur la place Henri Frenay pour proposer un dépistage anonyme et gratuit du vih (et du vih uniquement pour ce dispositif) en 30mn !

Le dépistage doit se faire trois mois après l’exposition au risque. Le dépistage se fait ensuite au local de AIDES 3 rue Guillaumot. Pour plus d’informations, vous pouvez appeler la permanence 01 53 33 01 55.

Attention ! Il existe plusieurs centres de dépistage dans Paris. Pour rejoindre le plus proche de chez vous, vous pouvez consulter la carte ci-dessous.

Toutes les infos sont sur le site depistage.aides.org.

Poster un commentaire

Classé dans La vie de l'EPN

Budget participatif : notre bilan

bilan vote participatif

Vous avez des choses à dire sur ce premier vote participatif ? N’hésitez pas à réagir en laissant un commentaire à la fin de cet article.

Le vote du budget participatif ouvert à tou-tes, quel que soit l’âge ou la nationalité, était une première à Paris. Comme de nombreuses associations du territoire, nous avions été sollicités par différentes directions de la Ville de Paris et nous avions répondu présents. Parallèlement, les Espaces Publics Numériques  (EPN) parisiens étaient aussi invités à participer à l’opération. Cela faisait donc deux bonnes raisons de soutenir cette initiative.

Petite vue d’ensemble

Le 12e s’en sort bien

En toute première lecture, si l’on regarde la répartition des votes par arrondissement, on constate que le 12e arrondissement, en volume de voix, arrive au troisième rang, à quelques voix derrière le 18e. On remarque aussi que c’est le Nord et l’Est parisien qui arrivent en tête et que ce ne sont pas forcément les cinq arrondissements les plus peuplés qui occupent les cinq premières places. Par exemple, le 15e arrondissement qui possède la première population de la capitale ne se classe que 7e en nombre de votants. Pour élargir l’analyse, nous nous sommes donc livrés à un petit comparatif en tenant compte :

  • Du nombre d’habitants par arrondissement
  • Du nombre de votants par arrondissement

Dans le tableau ci-dessous, les arrondissements ont été classés par ordre de population décroissant (du plus peuplé au moins peuplé).

Nos sources :

Arrondissement Classement par nb d’habitants Votes par arrondissement Classement par nb de votants
15e 240 823 2658 7e place
18e 204 546 3502 2e place
20e 199 790 4382 1re place
19e 187 766 3392 5e place
13e 185 110 3299 6e place
16e 172 605 1014 14e place
17e 171 978 1763 10e place
11e 156 485 3577 4e place
12e 146 058 3488 3e place
14e 141 664 2510 8e place
10e 94 926 2098 9e place
5e 61 651 893 15e place
9e 60 972 1121 13e place
7e 58 756 428 19e place
6e 44 790 447 18e place
8e 41 187 528 17e place
3e 36 848 1168 12e place
4e 28 203 1274 11e place
2e 23 102 584 16e place
1er 17 620 258 20e place

Dans le second tableau ci-après, nous avons poussé l’analyse un peu plus loin, car il semble plus intéressant de mesurer quelle est la proportion de votants par rapport à la population totale d’un arrondissement. Cette analyse mériterait d’obtenir des informations plus précises sur la population : les tranches d’âges, les personnes privées de leurs droits civiques, par exemple.

Dans le cas du vote du budget participatif, il n’existait pas de limite d’âge ni de nationalité. Cela facilite donc grandement nos calculs ! Néanmoins, on ne peut raisonnablement pas demander à un enfant de moins de 3 ans ni à une personne atteinte d’une maladie mentale très handicapante de participer au vote. Même si nous ne possédons pas ces informations, nos calculs permettent de donner une idée générale des taux de participation par arrondissement.

Une participation générale plutôt faible

Avec ce nouveau calcul, la donne change sensiblement. Ce sont certains arrondissements de l’hypercentre parisien (le 4e, le 3e et le 2e arrondissement) qui sont « les plus civiques ». Notre arrondissement (le 12e) passe de la troisième à la quatrième position. Le 20e arrondissement plonge de la première à la septième place.

Arrondissement Proportion de votants en %
Classement
4e 4.52% 1re place
3e 3.17%  2e place
2e  2.53%  3e place
12e 2.39%  4e place
11e 2.29%  5e place
10e 2.21%  6e place
20e 2.19%  7e place
9e  1.84%  8e place
19e 1.81%  9e place
13e 1.78%  10e place
14e 1.77%  11e place
18e 1.71%  12e place
1er 1.46%  13e place
5e 1.45%  14e place
8e 1.28%  15e place
15e  1.1% 16e place
17e 1.03% 17e place
6e 1% 18e place
7e 0.73%  19e place
16e 0.59%  20e place

Les quartiers riches s’en fichent ?

Une bonne partie des quartiers les plus riches de Paris (1er, 5e, 6e, 7e, 8e, 15e, 16e et 17e) ne se sont, apparemment, pas enflammés pour le vote du budget participatif. Ce sont les moins impliqués (les moins concernés ? les moins civiques ?). Nous vous laissons imaginer une réponse.

Notre bilan quantitatif

Pendant les sept jours et demi qu’a duré le scrutin (en réalité cinq jours et demi pour nous puisque le centre était fermé le samedi et le dimanche), nous avons fait voter 66 personnes. Dix votes n’ont pas été pris en compte, car ils nous sont parvenus juste après la fin du scrutin (le 1er octobre à midi).

Votes valides tous supports Votes papier hors délais Votes papier valides Votes électroniques Votes effectués à l’EPN
56 10 45 11 22

Notre bilan qualitatif

Voter, faire voter : ce n’était pas gagné

Nous avions donc demandé une urne et des bulletins de vote papier, car nous savions que le vote électronique pourrait présenter des difficultés. La suite nous a, de fait, donné raison.

On en avait parlé un peu partout dans le centre social. Par voie d’affichage, par le bouche à oreille, par e-mail et dans nos différentes activités : cours informatiques, accompagnement scolaire, cours de français pour adultes, halte-garderie, activités pour les familles. Notre EPN avait programmé trois ateliers spéciaux les 26, 30 septembre et 1er octobre pour aider nos usagers à voter en ligne.

Malgré ce dispositif, personne ne demandait à voter de son propre chef. Il a fallu bataillé dur pour susciter l’intérêt, pour inciter les gens, petits et grands, à choisir un, deux, trois, quatre ou cinq projets.

Plutôt qu’un vote, un grand sondage

Avouons que ce premier vote était… comment dire… plutôt bizarre. C’était en effet la première fois qu’un scrutin durait plusieurs jours et pour lequel il était possible de changer plusieurs fois d’avis. Pour lequel on pouvait voter sur deux supports différents.

Plus qu’un vote, il nous a semblé qu’il s’agissait en fin de compte (dans sa forme en tout cas) d’un sondage à grande échelle.

Des projets mal compris ou mal accueillis

La liste des projets proposés a été souvent au cœur des interrogations des votant-es. D’où viennent ces projets ? Qui les a choisis ? Pourquoi ? N’y a-t-il pas des domaines plus prioritaires que des tipis à l’heure où de nombreuses personnes connaissent de grandes difficultés à Paris ? Telles ont été souvent les réactions des gens que nous avons accompagnés.

Un vote papier pas vraiment sécure

La question de la sécurisation du vote a été plusieurs fois abordée. Rien ne nous empêchait en effet de faire voter plusieurs fois la même personne, de bidonner les noms, de faire voter des non Parisien-nes. Loin de nous cette idée, mais la possibilité existait bel et bien.

Pour éviter les dérapages, nous avons constitué une feuille d’émargement pour pointer les bulletins mis dans l’urne. Ce n’était pas toujours chose facile, car certaines personnes ne mentionnaient pas leur nom ni prénom. Malgré cela, le vote était valide puisqu’il n’était pas obligatoire de laisser ses coordonnées.

Notons que puisque le vote courait sur une semaine, avec la fin du scrutin en plein milieu de journée, certains habitant-es ont eu bien du mal à intégrer la date de début et de fin. D’où la proportion importante de bulletins parvenus hors délai (dans l’après-midi du 1er octobre), alors que l’urne était déjà rentrée au bercail : 15,15% sur l’ensemble des bulletins.

Le vote en ligne pas encore au point

Pour l’EPN, le vote électronique, cela va de soi, était notre Graal. Convaincre les usager-es à voter en ligne a été plus complexe que les faire voter sur bulletin papier. Peut-être sentaient-ils inconsciemment que cela leur prendrait beaucoup plus de temps et d’énergie ?

C’est peu dire ! Notre expérience du vote électronique est, somme toute, plutôt négative et ce, à plus d’un titre. Retenons, avant toute chose que pour aller jusqu’au bout du vote en ligne, il faut :

  1. être à l’aise voire très à l’aise avec les outils numériques
  2. être patient-e
  3. très déterminé-e

Fort des expériences d’ateliers menés dans l’e-administration (Pôle Emploi, Ameli, etc) et des déconvenues qui en découlent, nous avions flairé les difficultés de nos usagers. Nous nous sommes donc mobilisés pour les aider lors de trois ateliers qui n’ont pas eu un grand succès (11 participants en tout), comme c’est régulièrement le cas lorsque nous annonçons une aide à l’e-administration. La raison de cette désaffection est simple : les usagers préfèrent décider eux-mêmes du moment où ils souhaitent être aidé-es. C’est eux qui donnent le tempo et pas nous ! En d’autres termes, chaque fois qu’ils en ont besoin, ils nous sollicitent, ce qui pose régulièrement des problèmes de disponibilité. Dans l’idéal, il faudrait une personne dédiée toute la semaine, comme peut le faire un écrivain public pour des démarches administratives classiques. La question de l’écrivain public numérique se repose à nouveau.

Procédures pour voter et ergonomie

Commençons par la façon la plus « simple » de voter en ligne, c’est-à-dire avec un ordinateur fixe ou portable. Nous devons pour cela créer un petit algorithme, car deux options se présentent au votant :

  1. Si vous avez un compte Paris Connect, alors connectez-vous et vous pourrez directement procéder au vote du budget participatif
  2. Sinon créez-vous un compte Paris Connect, puis procédez au vote du budget participatif

Inutile de préciser que chez nos usagers (et chez une écrasante majorité des Parisien-nes) on ne possède pas de compte Paris Connect.

Le premier écueil est donc de comprendre ce double mécanisme : je remplis le formulaire Paris Connect, je valide mon compte puis je remplis le formulaire pour le vote. Comprendre que le vote en ligne est assujetti à un compte Paris Connect est donc essentiel.

Comment, avec le référentiel et la culture numérique/Web que possède nos usager-es  espérer qu’il comprennent ce processus en deux temps ?

L’utilité d’un mode d’emploi, rédigé et communiqué aux structures aidantes (EPN et autres accès publics à Internet)  avant le vote, aurait été d’un grand secours pour tous. Cela permettait d’expliquer clairement les enchaînements, les étapes, les logiques sous-jacentes. Une personne avertie en vaut… beaucoup ! Nous appelons de nos vœux que lors du second vote des améliorations seront apportées à cette procédure et que des structures comme les nôtres seront consultées pour rendre l’exercice plus fluide.

Enfin, dans l’ultime écran, la compréhension des boutons vert, rouge, bleu a posé problème à nos usager-es.

Ecran de vote des projets

Les trois boutons ci-dessous se voulaient accessibles. Néanmoins, il semblerait que dans un questionnaire à choix multiples, la « grammaire » classique des cases à cocher et à décocher est plus largement admise. Réinventer des codes est pour le moins perturbant. Nous reviendrons sur cette question plus bas pour le vote avec des appareils tactiles.

Nous déplorons également l’absence d’écran de confirmation indiquant que la personne a procédé au vote avec un message lui signifiant :

  • la validation de ses choix
  • le récapitulatif de ses choix
  • la possibilité de revenir sur ses choix jusqu’à une date limite
  • l’annonce du prochain vote du budget et son principe
  • un bouton de déconnexion très visible pour clore le processus

Un e-mail de remerciement est aussi envisageable pour une version 2. Cela ne mange pas de pain et remercier est un geste gratuit et attentionné, qui peut souvent rapporter gros auprès des personnes qui s’impliquent. Surtout si elles ne sont pas très aguerries dans le numérique. Perdre les personnes les plus motivées dans un acte de participation est contre-productif.

Voter avec un appareil tactile : chronique d’un atelier

C’est le chapitre le plus douloureux ! Lors de nos cours habituels sur les tablettes, nous avions choisi, pour aborder le sujet du Web, de se faire la main sur le vote participatif. C’était une fausse bonne idée. Avec nos six stagiaires, nous avons mis environ 1h15 pour que tout le monde valide son vote. Les embûches ont été nombreuses, car la plateforme de vote et son ergonomie n’ont pas été pensées pour les appareils tactiles (tablettes et smartphones).

Remplir le formulaire Paris Connect n’a pas été une mince affaire, surtout pour les tablettes de petit format. Le clavier cache le reste des champs de saisie et il faut une sacrée dose de courage pour ne pas abandonner. Encore bravo à Anna qui est allée jusqu’au bout !

Autre gag. Viviane réussit à remplir le formulaire Paris Connect. Elle va dans son webmail Orange pour valider son inscription. Dans le message reçu, un lien à cliquer. Rien d’original, sauf que le lien n’est pas cliquable ! Comment donc faire un copier/coller avec la tablette lorsque le texte n’est pas éditable. Pas évident. Elle a été contrainte de finaliser son vote chez elle à partir de son ordinateur.

Anna, elle, avait passé le cap du formulaire Paris Connect. Comme elle travaille sur sa propre tablette 7 pouces, elle accède facilement à son appli de messagerie et clique sur le lien pour accéder aux quinze projets. Elle commence par actionner le bouton sous le premier des projets choisis. Du vert, le bouton passe au bleu « J’ai voté ». Jusqu’ici tout va bien. Ce n’est qu’à partir des choix suivants que les choses se compliquent. Anna m’appelle : sur son écran, les bouton affichent trois couleurs :

  • Vert « Je vote » : les boutons sous les projets non choisis
  • Bleu « J’ai voté » : un bouton d’un projet choisi
  • Rouge « J’annule mon vote » : les boutons des autres projets choisis

Je lui viens en aide et j’essaie de comprendre cette anomalie. Au bout d’un certain moment, j’opte pour un problème d’actualisation (« rafraîchissement ») de la page Web. Je force l’actualisation de la page. Je le fais plusieurs fois. Après un certain temps, petit à petit, les boutons rouges passent finalement au bleu. Sauvés !

Premières conclusions en vue d’une V2

Nous espérons que ce retour permettra aux service techniques de la ville d’améliorer la mécanique du vote en général et du vote électronique en particulier en vue d’une version 2, réellement accessible, pensée en amont pour faciliter l’inclusion des publics fragiles.

Réduire les différences entre les versions (papier et électronique)

Pour résumer, notons qu’il existe une grande disparité entre les votes : papier et électronique. Le vote papier n’est pas contraignant par rapport au vote électronique qui, lui, est très complexe, car très (trop ?) foisonnant en informations secondaires : plusieurs formulaires à remplir, nombreux messages de confirmation/validation/abonnement à des newsletters et alertes pas toujours compréhensibles pour des utilisateurs-trices non averti-es. Nous conseillerions de limiter au maximum les messages et de se concentrer sur l’objectif principal : je veux choisir un ou plusieurs projets et je veux que ça ne dure pas trop longtemps. Après avoir voté, on peut me demander si je souhaite recevoir des alertes, être abonné-e à une ou plusieurs newsletter, avec des explications circonstanciées.

Une version spécial tactile

Autre fait important : pour les prochains votes, une version spécifique pour les appareils tactiles, sous forme d’appli, s’impose. Cela facilitera grandement la démarche et limitera les abandons. Plusieurs de nos usagers ont « zappé » le vote après avoir commencé sur un ordinateur ou un appareil tactile.

Un mode d’emploi

C’est une tarte à la crème, mais il a son importance et montre, quand il existe, qu’on a pensé aux « moins sachants ». Pour les utilisateurs et les médiateurs numériques, un tutoriel en français facile sous forme vidéo et textuel agrémenté de captures d’écrans seront appréciés. Cela rendrait la chose plus accessible à :

  • des publics seniors
  • des publics handicapés
  • des publics dont la langue française n’est pas la langue maternelle

S’agissant des enfants, qu’il ne faut pas oublier, il nous paraît indispensable qu’un adulte puisse accompagner/expliquer le vote par la voie papier. C’est ce que nous avons fait au Relais 59

Une prise en main du site simplifiée

Nous en parlions plus haut, la page consacrée au vote mériterait d’être repensée, simplifiée.  Quelques pistes :

Poster un commentaire

Classé dans La vie de l'EPN, Le coin des partenaires

Réaménagement de l’@nnexe #7 : ces couturières qui nous protégent de la lumière

Notre espace est chouette. Surtout depuis qu’on l’a entièrement réaménagé avec la collaboration de certains de nos usagers. Il est plutôt spacieux. Il est lumineux. Oui, mais, selon l’heure de la journée, il est trop lumineux ! Pour y remédier, la grande salle de notre local est équipée de stores. Oui mais, pas très efficaces, car plutôt déglingués ! Cela fait un bail que je souhaite les retirer. Ils sont moches ces stores. Pas pratiques pour deux sous, car ils ne descendent plus et franchement très laids. Ils avaient été installés par nos prédécesseurs, les pompes funèbres Roc-Eclerc (c’est pas une blague).

Des rideaux comme pare-soleil

Quelques panneaux de tissu coulissants seraient bien plus gais et plus commodes à manipuler ! me dis-je.

Alors j’ai pris mon courage à deux mains. L’année dernière (le temps file… comme la couture), je suis allé au Marché Saint Pierre chercher du tissu. Jusque là, tout va bien. Sauf que je ne sais pas coudre ! Faire quatre à cinq panneaux quand on ne sait pas couper ni piquer ni ourler, c’est juste pas envisageable.

Heureusement qu’au Relais 59 on a de la ressource, du mélange, de la variété que dis-je de la socio-diversité. Y’en a pour tous les goûts. Quand je sens que le moment approche, j’active le réseau et voilà ce que ça donne : mercredi dernier, trois couturières de choc déboulent à l’@nnexe ! Muriel, Claudine, Lourdes passent à l’action. Et ça ne traîne pas. Le commando à la machine termine les panneaux en deux temps trois mouvements.

La classe. Merci et bravo à elles : elles ont été redoutables !!

Du renfort pour coudre 75 anneaux

Il ne nous reste plus qu’à coudre les anneaux métalliques aux panneaux. Quinze anneaux par panneau soit soixante-quinze anneaux.

Il nous faut quelques mains pour coudre tout ça. Nul n’est besoin d’être couturier-e. Il suffit de piquer, de faire quelques tours autour de chaque anneaux, de faire un point d’arrêt et le tour est joué. Ça vous tente ? Venez nous donner le dernier coup de main. Inscrivez-vous au prochain « COUDATHON » et participez à la mise en place des panneaux qui nous feront un peu d’ombre les jours de grand soleil.

3 Commentaires

Classé dans Chantiers collaboratifs, La vie de l'EPN