Archives de Tag: pouvoir d’agir Paris 12e

Faire-part des bonnes nouvelles de l’@nnexe

Bonne humeur

En ces temps que l’on veut trop souvent moroses, nous nous devons de saluer et de savourer les moindres bonnes nouvelles aussi minimes soient-elles.
Cette semaine, elles n’arrivent jamais seules et c’est par rafales qu’elles s’abattent sur nous et notre belle communauté.

Bonheur et bonne humeur en série

Notre stagiaire Gajaanan vient de réussir son examen du code de la route et a trouvé un petit boulot pendant les vacances de Noël.

Josée, que nous accompagnons depuis quelques années, a terminé son mémoire qu’elle a rédigé assidûment lors des séances d’accès libre. Cela lui permettra d’obtenir son diplôme universitaire.

Patrice, qui vient en accès libre, a signé un contrat et a une ouverture pour obtenir un logement.

Jean-Yves, notre nouveau bénévole, nous a installé une tablette dans notre coin cuisine pour nous faciliter les vaisselles. Il a aussi construit un porte-manteaux comme on les aime.

Marie, qui a été victime du faux appel d’assistance technique de Microsoft, s’est retrouvée sans ordinateur depuis le mois de mai. Les pirates avaient pris le contrôle de sa machine à distance, bloqué l’accès et crypté toutes ses données, demandant une rançon de 200€ (c’est le principe des ransomware ou rançongiciels). Vendredi dernier, nous lui avons réinstallé un système Linux plus fiable et elle est repartie avec une machine qui a fait une cure de jouvence.

Jérôme, qui fréquente régulièrement les accès libres, a une promesse de travail à domicile.

Claudine sait désormais scanner ses fichiers correctement pour qu’ils soient légers et transférables par pièce jointe.

Toutes ces réussites nous mettent en joie. Elles nous font nous sentir debout, car elles sont le fruit d’un travail régulier et témoignent de la foi qu’ont nos stagiaires, usagers, bénévoles dans leur capacité d’agir.

Prochainement, ce sera le tour d’Adrien et de Tania (stagiaires CATIC qui ont fait des merveilles à l’@nnexe) de nous annoncer une bonne nouvelle. Nous ne manquerons pas de faire passer le message ! A suivre…

Publicités

2 Commentaires

Classé dans La vie de l'EPN

#NotreBudget : agir sur le cours de sa ville

Budget Participatif - Proposer ses idées

L’Internet prend tout son sens quand il nous rend ACTEURS, quand il nous (re)donne du pouvoir d’agir sur le plan local. Ça tombe bien, il existe aujourd’hui plein d’outils numériques pour (re)prendre notre destin local en main.

Vos idées, vos projets pour changer Paris

Agir sur le cours de sa ville : n’est-ce pas un super pouvoir dont on rêve un jour où l’autre ?

Depuis quelque mois, une dynamique est lancée à Paris pour permettre aux habitant-es de passer à l’action : le budget participatif (v. l’épisode précédent de septembre 2014).

Jusqu’au 15 mars prochain, on franchit un cap : cette fois, les Parisien-nes proposent leurs propres idées sur le site idee.paris en vue d’un prochain vote en septembre.

Chiche on le fait !

Et si on prenait la balle au vol ? Et si on proposait, nous aussi, des idées pour mieux équiper notre ville, notre arrondissement, notre quartier ?

Des ateliers Web gratuits pour changer Paris

Venez découvrir avec nous la plateforme idee.paris pour, vous aussi :

  • découvrir les projets que des habitant(e)s proposent (+ de 1000 à la date de publication de cet article)
  • soutenir des projets qui vous plaisent
  • proposer vos propres idées, vos propres projets

12 ateliers gratuits sont à votre disposition pour prendre en main la plateforme, mettre en forme vos idées, réagir aux projets des autres.

Calendrier des ateliers

Calendrier des 12 ateliers du 18 février au 15 mars 2015
3 MARDIS
14h-16h
3 MERCREDIS
18h-20h
2 JEUDIS
14h-16h
4 VENDREDIS
14h-16h
24 février 18 février 26 février 20 février
3 mars 25 février 12 mars 27 février
10 mars 11 mars 6 mars
13 mars

plan-annexe

On peut vous aider !

Au Relais 59, on a l’habitude de monter des projets et de les faire avancer à l’échelon local. Si vous avez des idées (vous, vos enfants, des parents, des ami-es…), mais que vous n’êtes pas à l’aise pour les mettre en forme ou que l’outil informatique et Internet vous pose un problème, nous sommes là pour vous aider !

N’hésitez pas à nous solliciter ou à venir (seul-e ou en famille) à nos ateliers Internet gratuits.

Soutenez le Jardincroyable sur idee.paris

Anne Hidalgo nous retweet "Soutenez le jardincroyable"

Même sur tweeter, la mobilisation continue !

Le projet de Jardincroyable, jardin collectif ouvert sous les arcades de la place Henri Frenay est proposé sur le site idee.paris, dans le cadre du prochain vote du budget participatif de Paris.

Nous invitons tous les habitants du quartier de la gare de Lyon et du 12e arrondissement à soutenir ce projet jusqu’au 15 mars 2015, date de clôture de la collecte des projets.
RENDEZ-VOUS SUR IDEE.PARIS

N’hésitez pas à commenter et amender ce projet. A venir nous aider si vous souhaitez prendre part directement au projet.

Merci de votre soutien et de votre participation.

Les conditions pour participer

  • Habiter Paris
  • Pas de limitation d’âge ni de nationalité
  • Proposer un projet d’investissement (équipement d’intérêt général)
  • Proposer un/des projets individuellement ou collectivement

3 Commentaires

Classé dans Chantiers collaboratifs, Le coin des usagers

28 février : Repair Café Paris 12e #3

Un gâchis bien organisé

L’obsolescence programmée. Ça vous parle ? Un petit indice : tous ces objets qu’on achète et qui tombent en panne, s’usent ou se cassent rapidement parce que les fabricants l’ont savamment organisé. Maintenant vous y êtes.
C’est aujourd’hui une norme pour que le consommateur achète, jette et rachète. C’est bon pour le commerce, du pain béni pour le marketing (puisque ça rime), mais c’est moyen moyen pour la nature et pour les pigeons que nous sommes.

Ce vaste gâchis dénoncé par une poignée d’écolos de la première heure, de décroissants et de gens de bons sens de tous bords, est aujourd’hui considéré par un plus large public. Il était temps. Même si nous sommes encore loin d’une masse critique, il faut bien commencer et encourager, le plus possible, toutes les initiatives qui veulent inverser cette tendance lourde à l’entropie.

A l’époque du bon vieux temps, une chemise, une paire de chaussures, un meuble… pouvaient faire une vie et même constituer un patrimoine pour la descendance, un trousseau, une dot. Au moindre accroc intervenait – selon ses compétences et la division des tâches – papa, maman, grand-papa ou grand-maman. Dans d’autres cas, il y avait des cordonniers, des couturier-es, des réparateurs de TV… C’est maintenant beaucoup moins commode de transmettre un meuble Ikea, un manteau Zara, une chemise H&M (sic) !

Réparer plutôt que de jeter

C’était le bon vieux temps que la hollandaise Martine Postma a eu la bonne idée, en 2009, de réactualiser à Amsterdam en proposant un Repair Café pour s’inscrire concrètement dans cette dynamique de réparer plutôt que de jeter.

Le mouvement des foires et des cafés à la réparation était lancé. Aujourd’hui, il en existe partout dans le monde. A Paris, c’est en 2013 qu’un collectif crée les Repair Cafés Paris.

L’idée principale des Repair Cafés c’est de réparer collectivement des objets en panne ou endommagés, avec l’aide de réparateurs bénévoles (voir la charte des Repair Cafés). Chaque participant peut apporter un objet à réparer.

L’engagement de l’@nnexe

En récupérant, en réparant et en réutilisant du matériel de toutes sortes (ordinateurs, matériel informatique, matériaux divers, caisses, mobilier, plantes, etc.), l’@nnexe a toujours pratiqué et défendu cette nécessaire frugalité et ce besoin de revaloriser des ressources et des déchets pour, à son niveau, juguler cette ignominie. Chez nous, la récup, c’est… comment dire… une seconde nature et un virus très contagieux !

Samedi 28 février : tous à Reuilly !

Allez, maintenant il faut PASSER A L’ACTE ! Le samedi 28 février, nous nous associons au Centre d’animation de Reuilly qui organise son 3e Repair Café de 14h à 17h en partenariat avec Repair Cafés Paris.

Si vous avez un objet à réparer, n’hésitez pas à venir nous voir au Centre d’animation de Reuilly.

Venez nous aider à réparer

Si vous êtes sensible à notre démarche et que vous êtes en capacité de réparer des objets, vous êtes le/la bienvenu-e samedi 28 février ;-)

Pour ce type d’événement, mais aussi pour nos autres activités tout au long de l’année, nous recherchons régulièrement des bénévoles :

  • Makers et bricoleur-ses de tous poils
  • Bidouilleurs en électricité et en électronique
  • Informaticien-nes et développeur-ses à tendance social
  • Formateur-trices informatique
  • Couturier-es professionnel-les ou amateur-trices
  • Artistes et designers sensibles à l’upcycling et au réemploi de matériaux
  • Toute personne qui souhaite participer à l’aventure de notre centre social !

L’accueil des réparateurs et réparatrices bénévoles se fait le matin et les séances de réparation avec le public c’est l’après-midi de 14h à 17h.

Si vous souhaitez rejoindre notre équipe de joyeux-ses bénévoles, contactez Yann Vandeputte, médiateur numérique et responsable de l’@nnexe.

Plan d'accès à l'Annexe

1 commentaire

Classé dans Actu des TIC

2014 : générique d’une année exceptionnelle

m

On est dans les temps, alors on en profite. Dans les temps et dans le bilan de l’année 2014 que l’on vous annonce excellente. C’est donc un grand plaisir de partager avec vous cette fierté.

Bravo et merci pour 2014 !

Le bilan de l’année 2014 est en cours de rédaction. Échéance ? J-29. Avant de l’achever1 et de le rendre public, nous pouvons dévoiler que cette mouture ouvrira une nouvelle forme de présentation. Dorénavant2, nos bilans commenceront par un générique. Oui, comme dans un film. Et puis quoi ? Une année n’est-elle pas un grand film ? Un film de 8760 heures où de nombreux protagonistes, seconds rôles, figurants et autres personnages, événements, rebondissements, dénouements, épilogues, s’enchaînent, se télescopent, se répondent, s’articulent, s’aiment et se déchirent… En somme, une dramaturgie avec ses codes et ses thèmes récurrents, une symphonie humaine et technologique qui se joue avec bien des mains et des cerveaux pour alimenter les communs de l’intelligence collective.

Voici donc, en avant-première, le générique de l’année 2014, en guise de modestes remerciements à toutes celles et tous ceux qui ont tenu leur pupitre dans la grande partition de l’@nnexe.

Sont intervenu(e)s à l’@nnexe en 2014, par ordre alphabétique :
Équipe de formation
Équipe technique
Équipe des décors
Alexandra P. – Formatrice
Alexis B. – Formateur
Anne B. – Formatrice
Anne K. – Blogueuse
Armand S. – Formateur
Catherine D. – Formatrice
Christian Q. – Développeur
Cyril D. – Formateur
Danielle B. – Formateur
Denis A. – Formateur
Élise J. – Formatrice
Franck P. – Développeur
Jacqueline P. – Formatrice
Jean S. – Formateur
Jean-Claude B. – Formateur
Jean-Claude B. – Formateur
Jean-Jacques D. – Formateur
Jean-Marc R. – Formateur
Jimmy A. – Formateur
Lakshmi H. – Formatrice
Lucia D. – Formatrice
Mercedes S. – Formatrice
Nicolas R. – Développeur
Nicole P. – Formatrice
Olivier D. – Formateur
Patrick G. – Formateur
Philippe M. – Formateur
Romain C. – Formateur
Stéphane G. – Développeur
Sylvain N. – Formateur
Thierry T. – Formateur
Thomas F. – Bibliothécaire
Yohan B. – Développeur
Ahmed C. – Aide technique
Brandon M.L. – Assistant technique
Damien B. – Développeur
Francis D. – Aide technique
Gérard D. – Encadrant
Jean-François S. – Assistant technique
Jean-Luc L. – Aide technique
Jean-Michel S. – Graphiste
Jérôme – Geek
Marie-Antoinette K. – Accueillante
Réjane V. – Assistante
Walid J. – Assistant technique
Walid M. – Assistant technique
Claudine C. – Couturière
Liliana S. – Couturière
Maria de Lourdes M. – Couturière
Muriel C. – Couturière
Sheila S. – Couturière
Marie-Claire D. – Couturière
Copyleft l’@nnexe 2014 – Tous droits partagés

Au nom de tout le Relais 59, nous tenons à remercier chaudement tous ces acteurs et actrices3 pour le travail et l’aide qu’ils/elles ont apporté à l’@nnexe et à ses usagers en 2014.

Tout ce boulot et cette énergie sont précieux pour faire vivre le lieu et pour lui donner une dimension humaine, conviviale et participative. C’est une des « marques de fabrique » de l’@nnexe, c’est l’image et la réputation que nous renvoient souvent les usagers qui nous connaissent ou que nous accueillons pour la première fois.

Grâce à cette dream team, nous pouvons mener (souvent à bien) la lourde mission d’éducation populaire dans le champ du numérique qui nous est confiée par la Ville de Paris. Grâce à elle, nous pouvons aussi mettre en place de nombreuses expérimentations qui conduisent parfois à de réelles innovations dont nous sommes fiers.

Encore mille mercis à elle !


[1] Dans la douleur, comme toujours !
[2] Pourquoi n’y avons-nous pas pensé avant ?
[3] Et tou(te)s celles et ceux que nous avons probablement oublié(e)s

Poster un commentaire

Classé dans La vie de l'EPN

Réaménagement de l’@nnexe #9 – Coudathon #3 : les rideaux sont posés !

Ça y est les rideaux sont posés ! La lumière qui nous aveuglait lors de certaines séances très ensoleillées est désormais apprivoisée et gentiment tamisée et grâce à qui ? A nos couturières de choc. Merci à Claudine, Muriel, Lourdes, Liliana et Sheila qui ont fait un super boulot.

Enfilés sur un long filin d'une douzaine de mètres, nos nouveaux rideaux anis nous protège des UV A et B

Enfilés sur un long filin d’une douzaine de mètres, nos nouveaux rideaux anis nous protège des UV A et B

 

Poster un commentaire

Classé dans Chantiers collaboratifs, La vie de l'EPN

Budget participatif : notre bilan

bilan vote participatif

Vous avez des choses à dire sur ce premier vote participatif ? N’hésitez pas à réagir en laissant un commentaire à la fin de cet article.

Le vote du budget participatif ouvert à tou-tes, quel que soit l’âge ou la nationalité, était une première à Paris. Comme de nombreuses associations du territoire, nous avions été sollicités par différentes directions de la Ville de Paris et nous avions répondu présents. Parallèlement, les Espaces Publics Numériques  (EPN) parisiens étaient aussi invités à participer à l’opération. Cela faisait donc deux bonnes raisons de soutenir cette initiative.

Petite vue d’ensemble

Le 12e s’en sort bien

En toute première lecture, si l’on regarde la répartition des votes par arrondissement, on constate que le 12e arrondissement, en volume de voix, arrive au troisième rang, à quelques voix derrière le 18e. On remarque aussi que c’est le Nord et l’Est parisien qui arrivent en tête et que ce ne sont pas forcément les cinq arrondissements les plus peuplés qui occupent les cinq premières places. Par exemple, le 15e arrondissement qui possède la première population de la capitale ne se classe que 7e en nombre de votants. Pour élargir l’analyse, nous nous sommes donc livrés à un petit comparatif en tenant compte :

  • Du nombre d’habitants par arrondissement
  • Du nombre de votants par arrondissement

Dans le tableau ci-dessous, les arrondissements ont été classés par ordre de population décroissant (du plus peuplé au moins peuplé).

Nos sources :

Arrondissement Classement par nb d’habitants Votes par arrondissement Classement par nb de votants
15e 240 823 2658 7e place
18e 204 546 3502 2e place
20e 199 790 4382 1re place
19e 187 766 3392 5e place
13e 185 110 3299 6e place
16e 172 605 1014 14e place
17e 171 978 1763 10e place
11e 156 485 3577 4e place
12e 146 058 3488 3e place
14e 141 664 2510 8e place
10e 94 926 2098 9e place
5e 61 651 893 15e place
9e 60 972 1121 13e place
7e 58 756 428 19e place
6e 44 790 447 18e place
8e 41 187 528 17e place
3e 36 848 1168 12e place
4e 28 203 1274 11e place
2e 23 102 584 16e place
1er 17 620 258 20e place

Dans le second tableau ci-après, nous avons poussé l’analyse un peu plus loin, car il semble plus intéressant de mesurer quelle est la proportion de votants par rapport à la population totale d’un arrondissement. Cette analyse mériterait d’obtenir des informations plus précises sur la population : les tranches d’âges, les personnes privées de leurs droits civiques, par exemple.

Dans le cas du vote du budget participatif, il n’existait pas de limite d’âge ni de nationalité. Cela facilite donc grandement nos calculs ! Néanmoins, on ne peut raisonnablement pas demander à un enfant de moins de 3 ans ni à une personne atteinte d’une maladie mentale très handicapante de participer au vote. Même si nous ne possédons pas ces informations, nos calculs permettent de donner une idée générale des taux de participation par arrondissement.

Une participation générale plutôt faible

Avec ce nouveau calcul, la donne change sensiblement. Ce sont certains arrondissements de l’hypercentre parisien (le 4e, le 3e et le 2e arrondissement) qui sont « les plus civiques ». Notre arrondissement (le 12e) passe de la troisième à la quatrième position. Le 20e arrondissement plonge de la première à la septième place.

Arrondissement Proportion de votants en %
Classement
4e 4.52% 1re place
3e 3.17%  2e place
2e  2.53%  3e place
12e 2.39%  4e place
11e 2.29%  5e place
10e 2.21%  6e place
20e 2.19%  7e place
9e  1.84%  8e place
19e 1.81%  9e place
13e 1.78%  10e place
14e 1.77%  11e place
18e 1.71%  12e place
1er 1.46%  13e place
5e 1.45%  14e place
8e 1.28%  15e place
15e  1.1% 16e place
17e 1.03% 17e place
6e 1% 18e place
7e 0.73%  19e place
16e 0.59%  20e place

Les quartiers riches s’en fichent ?

Une bonne partie des quartiers les plus riches de Paris (1er, 5e, 6e, 7e, 8e, 15e, 16e et 17e) ne se sont, apparemment, pas enflammés pour le vote du budget participatif. Ce sont les moins impliqués (les moins concernés ? les moins civiques ?). Nous vous laissons imaginer une réponse.

Notre bilan quantitatif

Pendant les sept jours et demi qu’a duré le scrutin (en réalité cinq jours et demi pour nous puisque le centre était fermé le samedi et le dimanche), nous avons fait voter 66 personnes. Dix votes n’ont pas été pris en compte, car ils nous sont parvenus juste après la fin du scrutin (le 1er octobre à midi).

Votes valides tous supports Votes papier hors délais Votes papier valides Votes électroniques Votes effectués à l’EPN
56 10 45 11 22

Notre bilan qualitatif

Voter, faire voter : ce n’était pas gagné

Nous avions donc demandé une urne et des bulletins de vote papier, car nous savions que le vote électronique pourrait présenter des difficultés. La suite nous a, de fait, donné raison.

On en avait parlé un peu partout dans le centre social. Par voie d’affichage, par le bouche à oreille, par e-mail et dans nos différentes activités : cours informatiques, accompagnement scolaire, cours de français pour adultes, halte-garderie, activités pour les familles. Notre EPN avait programmé trois ateliers spéciaux les 26, 30 septembre et 1er octobre pour aider nos usagers à voter en ligne.

Malgré ce dispositif, personne ne demandait à voter de son propre chef. Il a fallu bataillé dur pour susciter l’intérêt, pour inciter les gens, petits et grands, à choisir un, deux, trois, quatre ou cinq projets.

Plutôt qu’un vote, un grand sondage

Avouons que ce premier vote était… comment dire… plutôt bizarre. C’était en effet la première fois qu’un scrutin durait plusieurs jours et pour lequel il était possible de changer plusieurs fois d’avis. Pour lequel on pouvait voter sur deux supports différents.

Plus qu’un vote, il nous a semblé qu’il s’agissait en fin de compte (dans sa forme en tout cas) d’un sondage à grande échelle.

Des projets mal compris ou mal accueillis

La liste des projets proposés a été souvent au cœur des interrogations des votant-es. D’où viennent ces projets ? Qui les a choisis ? Pourquoi ? N’y a-t-il pas des domaines plus prioritaires que des tipis à l’heure où de nombreuses personnes connaissent de grandes difficultés à Paris ? Telles ont été souvent les réactions des gens que nous avons accompagnés.

Un vote papier pas vraiment sécure

La question de la sécurisation du vote a été plusieurs fois abordée. Rien ne nous empêchait en effet de faire voter plusieurs fois la même personne, de bidonner les noms, de faire voter des non Parisien-nes. Loin de nous cette idée, mais la possibilité existait bel et bien.

Pour éviter les dérapages, nous avons constitué une feuille d’émargement pour pointer les bulletins mis dans l’urne. Ce n’était pas toujours chose facile, car certaines personnes ne mentionnaient pas leur nom ni prénom. Malgré cela, le vote était valide puisqu’il n’était pas obligatoire de laisser ses coordonnées.

Notons que puisque le vote courait sur une semaine, avec la fin du scrutin en plein milieu de journée, certains habitant-es ont eu bien du mal à intégrer la date de début et de fin. D’où la proportion importante de bulletins parvenus hors délai (dans l’après-midi du 1er octobre), alors que l’urne était déjà rentrée au bercail : 15,15% sur l’ensemble des bulletins.

Le vote en ligne pas encore au point

Pour l’EPN, le vote électronique, cela va de soi, était notre Graal. Convaincre les usager-es à voter en ligne a été plus complexe que les faire voter sur bulletin papier. Peut-être sentaient-ils inconsciemment que cela leur prendrait beaucoup plus de temps et d’énergie ?

C’est peu dire ! Notre expérience du vote électronique est, somme toute, plutôt négative et ce, à plus d’un titre. Retenons, avant toute chose que pour aller jusqu’au bout du vote en ligne, il faut :

  1. être à l’aise voire très à l’aise avec les outils numériques
  2. être patient-e
  3. très déterminé-e

Fort des expériences d’ateliers menés dans l’e-administration (Pôle Emploi, Ameli, etc) et des déconvenues qui en découlent, nous avions flairé les difficultés de nos usagers. Nous nous sommes donc mobilisés pour les aider lors de trois ateliers qui n’ont pas eu un grand succès (11 participants en tout), comme c’est régulièrement le cas lorsque nous annonçons une aide à l’e-administration. La raison de cette désaffection est simple : les usagers préfèrent décider eux-mêmes du moment où ils souhaitent être aidé-es. C’est eux qui donnent le tempo et pas nous ! En d’autres termes, chaque fois qu’ils en ont besoin, ils nous sollicitent, ce qui pose régulièrement des problèmes de disponibilité. Dans l’idéal, il faudrait une personne dédiée toute la semaine, comme peut le faire un écrivain public pour des démarches administratives classiques. La question de l’écrivain public numérique se repose à nouveau.

Procédures pour voter et ergonomie

Commençons par la façon la plus « simple » de voter en ligne, c’est-à-dire avec un ordinateur fixe ou portable. Nous devons pour cela créer un petit algorithme, car deux options se présentent au votant :

  1. Si vous avez un compte Paris Connect, alors connectez-vous et vous pourrez directement procéder au vote du budget participatif
  2. Sinon créez-vous un compte Paris Connect, puis procédez au vote du budget participatif

Inutile de préciser que chez nos usagers (et chez une écrasante majorité des Parisien-nes) on ne possède pas de compte Paris Connect.

Le premier écueil est donc de comprendre ce double mécanisme : je remplis le formulaire Paris Connect, je valide mon compte puis je remplis le formulaire pour le vote. Comprendre que le vote en ligne est assujetti à un compte Paris Connect est donc essentiel.

Comment, avec le référentiel et la culture numérique/Web que possède nos usager-es  espérer qu’il comprennent ce processus en deux temps ?

L’utilité d’un mode d’emploi, rédigé et communiqué aux structures aidantes (EPN et autres accès publics à Internet)  avant le vote, aurait été d’un grand secours pour tous. Cela permettait d’expliquer clairement les enchaînements, les étapes, les logiques sous-jacentes. Une personne avertie en vaut… beaucoup ! Nous appelons de nos vœux que lors du second vote des améliorations seront apportées à cette procédure et que des structures comme les nôtres seront consultées pour rendre l’exercice plus fluide.

Enfin, dans l’ultime écran, la compréhension des boutons vert, rouge, bleu a posé problème à nos usager-es.

Ecran de vote des projets

Les trois boutons ci-dessous se voulaient accessibles. Néanmoins, il semblerait que dans un questionnaire à choix multiples, la « grammaire » classique des cases à cocher et à décocher est plus largement admise. Réinventer des codes est pour le moins perturbant. Nous reviendrons sur cette question plus bas pour le vote avec des appareils tactiles.

Nous déplorons également l’absence d’écran de confirmation indiquant que la personne a procédé au vote avec un message lui signifiant :

  • la validation de ses choix
  • le récapitulatif de ses choix
  • la possibilité de revenir sur ses choix jusqu’à une date limite
  • l’annonce du prochain vote du budget et son principe
  • un bouton de déconnexion très visible pour clore le processus

Un e-mail de remerciement est aussi envisageable pour une version 2. Cela ne mange pas de pain et remercier est un geste gratuit et attentionné, qui peut souvent rapporter gros auprès des personnes qui s’impliquent. Surtout si elles ne sont pas très aguerries dans le numérique. Perdre les personnes les plus motivées dans un acte de participation est contre-productif.

Voter avec un appareil tactile : chronique d’un atelier

C’est le chapitre le plus douloureux ! Lors de nos cours habituels sur les tablettes, nous avions choisi, pour aborder le sujet du Web, de se faire la main sur le vote participatif. C’était une fausse bonne idée. Avec nos six stagiaires, nous avons mis environ 1h15 pour que tout le monde valide son vote. Les embûches ont été nombreuses, car la plateforme de vote et son ergonomie n’ont pas été pensées pour les appareils tactiles (tablettes et smartphones).

Remplir le formulaire Paris Connect n’a pas été une mince affaire, surtout pour les tablettes de petit format. Le clavier cache le reste des champs de saisie et il faut une sacrée dose de courage pour ne pas abandonner. Encore bravo à Anna qui est allée jusqu’au bout !

Autre gag. Viviane réussit à remplir le formulaire Paris Connect. Elle va dans son webmail Orange pour valider son inscription. Dans le message reçu, un lien à cliquer. Rien d’original, sauf que le lien n’est pas cliquable ! Comment donc faire un copier/coller avec la tablette lorsque le texte n’est pas éditable. Pas évident. Elle a été contrainte de finaliser son vote chez elle à partir de son ordinateur.

Anna, elle, avait passé le cap du formulaire Paris Connect. Comme elle travaille sur sa propre tablette 7 pouces, elle accède facilement à son appli de messagerie et clique sur le lien pour accéder aux quinze projets. Elle commence par actionner le bouton sous le premier des projets choisis. Du vert, le bouton passe au bleu « J’ai voté ». Jusqu’ici tout va bien. Ce n’est qu’à partir des choix suivants que les choses se compliquent. Anna m’appelle : sur son écran, les bouton affichent trois couleurs :

  • Vert « Je vote » : les boutons sous les projets non choisis
  • Bleu « J’ai voté » : un bouton d’un projet choisi
  • Rouge « J’annule mon vote » : les boutons des autres projets choisis

Je lui viens en aide et j’essaie de comprendre cette anomalie. Au bout d’un certain moment, j’opte pour un problème d’actualisation (« rafraîchissement ») de la page Web. Je force l’actualisation de la page. Je le fais plusieurs fois. Après un certain temps, petit à petit, les boutons rouges passent finalement au bleu. Sauvés !

Premières conclusions en vue d’une V2

Nous espérons que ce retour permettra aux service techniques de la ville d’améliorer la mécanique du vote en général et du vote électronique en particulier en vue d’une version 2, réellement accessible, pensée en amont pour faciliter l’inclusion des publics fragiles.

Réduire les différences entre les versions (papier et électronique)

Pour résumer, notons qu’il existe une grande disparité entre les votes : papier et électronique. Le vote papier n’est pas contraignant par rapport au vote électronique qui, lui, est très complexe, car très (trop ?) foisonnant en informations secondaires : plusieurs formulaires à remplir, nombreux messages de confirmation/validation/abonnement à des newsletters et alertes pas toujours compréhensibles pour des utilisateurs-trices non averti-es. Nous conseillerions de limiter au maximum les messages et de se concentrer sur l’objectif principal : je veux choisir un ou plusieurs projets et je veux que ça ne dure pas trop longtemps. Après avoir voté, on peut me demander si je souhaite recevoir des alertes, être abonné-e à une ou plusieurs newsletter, avec des explications circonstanciées.

Une version spécial tactile

Autre fait important : pour les prochains votes, une version spécifique pour les appareils tactiles, sous forme d’appli, s’impose. Cela facilitera grandement la démarche et limitera les abandons. Plusieurs de nos usagers ont « zappé » le vote après avoir commencé sur un ordinateur ou un appareil tactile.

Un mode d’emploi

C’est une tarte à la crème, mais il a son importance et montre, quand il existe, qu’on a pensé aux « moins sachants ». Pour les utilisateurs et les médiateurs numériques, un tutoriel en français facile sous forme vidéo et textuel agrémenté de captures d’écrans seront appréciés. Cela rendrait la chose plus accessible à :

  • des publics seniors
  • des publics handicapés
  • des publics dont la langue française n’est pas la langue maternelle

S’agissant des enfants, qu’il ne faut pas oublier, il nous paraît indispensable qu’un adulte puisse accompagner/expliquer le vote par la voie papier. C’est ce que nous avons fait au Relais 59

Une prise en main du site simplifiée

Nous en parlions plus haut, la page consacrée au vote mériterait d’être repensée, simplifiée.  Quelques pistes :

Poster un commentaire

Classé dans La vie de l'EPN, Le coin des partenaires