Archives de Tag: Quantified self

2015 : une année connectée au(x) vivant(s)

2015

Il faudra s’y habituer. En 2015, vous aller en bouffer des objets connectés1 ! Des montres-ci, des chaussures-là, des t-shirts « intelligents », des fourchettes qui vous guettent, des maisons domotisées, des robots compagnons… C’est pour votre santé, c’est pour votre bien-être, c’est pour vous faciliter la vie, vous faire gagner du temps, vous rendre plus humain, vous occuper de vos proches. Le catalogue est foisonnant, le discours bien rôdé. C’est connu, la machine a toujours libéré la main et l’esprit de l’homme et de la femme. Tout ce temps remis au pot de la société, on en profite tou(te)s, à la table du Grand Soir. Big Data et Big Ego sont en 2015 dans un bateau. Big Ego tombe (toujours) à l’eau. Que reste-t-il ? Big Data… qui conserve consciencieusement toutes les traces et les moindres soubresauts du pauvre Big Ego qui se noie. Malheureusement, Big Ego avait oublié son gilet de sauvetage connecté et les garde-côtes de Frontex n’ont pas réagi. Mince, la prochaine fois, Big Ego soignera ses hashtags ; « ça pourrait me sauver la mise », pense-t-il. #sosamitié, #solitudesurbainesetrurales, #mortsdelarue. #hache. #tac ! C’est fini. #RIP

Et si on ouvrait une brèche en 2015 ? Et si on prenait de la distance ? Et si on considérait les machines pour ce qu’elles sont : des tas de ferraille. Et si l’apanage de l’intelligence était celle du vivant ? Et si, nous aussi, nous faisions le projet d’être vivants ? Et si un autre numérique nous permettait d’agir sur l’eugénisme social ? Et si on laissait les objets de côté ? Si on leur volait leur âme pour retrouver la nôtre ? Et si nous restions connectés ? Oui, connectés à nos rêves. Connectés à nos émotions, connectés à la discrétion, connectés au monde sensible. Invisible. Connectés à la force de la fragilité ? Connectés à l’autre, celui ou celle de l’autre côté. Connectés à nos autres ?

Puisque les pensées sont créatrices, que les rois seront tirés prochainement, connectons-nous à toutes nos épiphanies. A tous nos pouvoirs d’agir ensemble.

Dans cette #ultra-moderneringardise, @ultra-modernefutilité, souhaitons-nous pour 2015, souhaitons à nos neurones, nos yeux, nos peaux, nos oreilles, à tous nos sens et nos décences plein d’anciennes et de nouvelles connexions :

  • de la vigilance (connectée)
  • des actes (connectés)
  • des droits à l’oubli (déconnectés)
  • des solitudes (volontaires et assumées)
  • des droits à la déconnexion
  • de la maîtrise de nos données
  • de l’esprit critique (connecté)
  • du bon sens (connecté)
  • des silences médiatiques
  • une dégooglisation de nos esprits
  • de la neige
  • des murmures non twittés
  • des frissons
  • du temps d’écoute
  • une Big Libido
  • des parties de campagne
  • du droit à l’ennui (connectée)
    … (ajoutez les vôtres)

En 2015, prenons du recul, faisons un pas de côté, bousculons nos aliénations, continuons à décrypter le numérique et à faire tomber les masques de la technoscience. En 2015, restons innovants : soyons rétrogrades !


[1] Dix jours après la publication de cet article, une de nos stagiaires nous a contactés pour qu’on l’aide à utiliser la montre connectée qu’elle avait reçue à Noël. La série ne fait que commencer !

Publicités

2 Commentaires

Classé dans La vie de l'EPN